Justin Trudeau évoque élites et oligarques qui déstabilisent Haïti

Le Premier ministre Canadien, Justin Trudeau, à l’issue d’une réunion sur la sécurité en Haïti, a évoqué la responsabilisation des élites et des oligarques qui déstabilisent Haïti actuellement.

Publié le 2022-09-22 | lenouvelliste.com

« La conversation que nous avons eue ce matin a porté, entre autres, sur la manière de garantir la responsabilisation, y compris des élites et des oligarques qui contribuent à l'instabilité actuelle en Haïti, et sur la manière de renforcer les institutions de la société civile et de la police qui sont nécessaires », a dit Trudeau, soulignant que pendant des années, voire des décennies, la communauté internationale a essayé de réparer Haïti pour les Haïtiens.

« Nous devons nous assurer qu'Haïti est elle-même à l'origine du changement durable que nous devons voir et que ce pays, autrefois magnifique, le sera à nouveau », a-t-il dit.

« Au cours des décennies où le Canada et la communauté internationale sont intervenus de différentes manières en Haïti pour aider à former et accompagner des policiers, des missions humanitaires de l'ONU et d'autres pour construire des institutions, aider comme beaucoup d'autres pays l'ont fait, la réalité est qu'Haïti ne peut décider que par elle-même de construire un avenir plus fort pour tous les Haïtiens et pour cette raison, je souligne le rôle de l'élite haïtienne qui continue à déstabiliser activement le peuple et la situation en Haïti », a affirmé le Premier ministre Canadien.

« Ils doivent participer eux-mêmes afin de créer un consensus politique qui permettra de construire une nation plus forte », a appelé Justin Trudeau.

« L'une des choses qui apparaît de plus en plus clairement, a souligné Justin Trudeau, est que les Haïtiens eux-mêmes doivent être au centre de la construction de la stabilité et d'un avenir à long terme pour Haïti ».

Un officiel américain, Juan Gonzalez, avait tapé fort. Les violentes manifestations qui ont plongé Haïti dans le chaos et l'anarchie sont "financées par des acteurs économiques qui risquent de perdre de l'argent", avait déclaré Juan Gonzalez, directeur principal pour l'Hémisphère occidental au Conseil national de sécurité à la Maison Blanche et assistant spécial du président Joe Biden, a rapporté Miami Herald, lundi 19 septembre 2022.

"Ce sont des gens qui souvent ne vivent même pas en Haïti, qui ont des manoirs dans différentes parties du monde, et qui paient pour que les gens aillent dans les rues", avait indiqué Gonzalez qui s'est exprimé lors d'une apparition lundi à l'Institut américain de la paix basé à Washington, D.C.

M. Gonzalez, a indiqué le Miami Herald, n'a pas précisé qui sont ces puissants "acteurs" fortunés. Cependant, il a déclaré que ce n'était pas la première fois que de tels individus utilisaient leur argent pour s'opposer aux efforts du gouvernement haïtien pour supprimer les subventions, que les États-Unis et les institutions monétaires soutiennent depuis longtemps comme étant insoutenables.

En juillet 2018, une hausse annoncée des prix du carburant par le premier gouvernement du président Jovenel Moïse avait entraîné de violentes protestations, l'annulation de vols internationaux et un verrouillage d'Haïti pendant des mois.

"Ils ont fait la même chose avec Moïse et ils se mobilisent chaque fois que leurs intérêts économiques ou leurs accords préférentiels avec les gouvernements sont menacés", a rappelé Gonzalez, ajoutant que cela se produit "à un moment où les gens meurent littéralement de faim", peut-on lire dans cet article du Miami Herald.



Réagir à cet article