Pillages et manifestations continuent en province

Aux Cayes, à Jérémie, au Cap-Haitien, etc. les mouvements de protestation contre la hausse des prix des carburants et pour exiger le départ du premier ministre Ariel Henry se poursuivent. Dans ces régions, les activités sont à l’arrêt. Des scènes de pillages sont perpétrées contre des magasins et d’autres institutions. Les agents de l'ordre se démènent pour limiter les dégâts.

Publié le 2022-09-20 | lenouvelliste.com

Au Cap-Haitien, les manifestations ont pris une autre tournure à partir du samedi 17 septembre. Dorénavant, nous a confié un témoin sur place, les manifestants tentent de piller des magasins. « Samedi dernier, ils ont pillé une maison de transfert et tenté de faire la même chose dans un magasin de produits réfrigérés. Plusieurs groupes de manifestants tentent de piller des magasins depuis samedi jusqu’à ce mardi. La police tente par tous les moyens de disperser les casseurs. Des agents de maintien d’ordre ont été déployés pour assurer la sécurité d’un bureau régional du Programme alimentaire mondial (PAM) », a indiqué cette source au Nouvelliste, soulignant que les manifestants deviennent de plus en plus violents.

Au Cayes, les manifestations continuent de gagner en ampleur alors que la tension augmente au fil des jours. Une succursale de la Sogebank a été incendiée dans la soirée du samedi 17 septembre à l’avenue Cartagena. Des protestataires ont également mis le feu dans une station d’essence, a rapporté au Nouvelliste Jordany Junior Verdieu. Selon notre correspondant aux Cayes, plusieurs magasins ont été pillés au centre-ville le vendredi 17 septembre. Les manifestants tentent à plusieurs reprises d’envahir les locaux du PAM situés à Bergeaud. A chaque fois ils sont repoussés par les forces de l’ordre. « La ville des Cayes est à sa 3e semaine d’arrêt total des activités. Les routes menant vers les autres communes sont bloquées. Les blessés affluent à l’hôpital de l’OFATMA qui est très sollicité en ce moment », a rapporté Verdieu.

Les manifestations se poursuivent également à Jérémie. Ce mardi, des individus ont envahi une résidence de l'ONG ACTED, située à Rochasse (ruelle Legagneur) et emporté des matelas, des réfrigérateurs, des téléviseurs, cinq motocyclettes, etc. La veille, l'entrepôt de cette ONG avait été pillé. Par ailleurs, toujours ce mardi, les manifestants ont pillé les locaux de l’Association des maires de la Grand’Anse (AMGA), des ONGs Care et CRS. Au moins une personne a été blessée par balles alors que la PNH a effectué plusieurs arrestations, selon notre correspondant Flavien Janvier.

A Hinche, à l'appel de plusieurs organisations de la société civile et de l'opposition politique, plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues de ce mardi 20 septembre, pour réclamer entre autres le départ du Premier ministre Ariel Henry et le retrait de la décision consistant à augmenter le prix des produits pétroliers. Les protestataires étaient munis de pancartes, de branches d'arbres et ont érigé des barricades de pneus enflammés. La police a dû faire usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui ont répliqué à coup de pierres et de tessons de bouteilles. A Hinche et dans les autres communes, depuis une semaine, les nuits sont rythmées de tirs nourris et de lancements de bonbonnes lacrymogènes, rapporte notre correspondant Joram Moncher. Ce, dit-il, en vue de créer une situation de panique et de tension dans l'objectif de faire échec au mouvement de protestation de la population.



Réagir à cet article