A quoi travaillent Ariel Henry et le Core Group ?

Publié le 2022-09-13 | lenouvelliste.com

Quels sont les objectifs du Core Group et du premier ministre Ariel Henry ?

La réponse à cette question est urgente. L’autorité de nomination du chef du gouvernement haïtien et le PM lui-même ont-ils un projet pour Haïti autre que de regarder derrière une vitrine ou depuis l’oculaire d’un microscope un pays se décomposer ?

Cela fait plus d’une année que le premier ministre nommé par le président Jovenel Moïse avant son assassinat est en poste. Un an et quelques jours depuis qu’il a un accord politique dit du 11 septembre ou de la primature qui lui tient lieu de feuille de route.

Un an plus tard, rien de ce qui est inscrit dans l’accord n’a été réalisé, peu de points sont entamés. Le temps passe, le bilan est désastreux.

D’un autre côté, cela fait plus d’un an que les pays qui ont porté sur les fonts baptismaux le premier ministre suggèrent et réclament la tenue d’un dialogue inter-haïtien et la conclusion d’un accord des accords. Rien n’a vraiment émergé des timides tentatives de discussions entre Ariel Henry et ses opposants mais néanmoins amis. Rien.

Dans le même temps, la communauté internationale s’est gardée d’apporter de l’aide à leur poulain. Ni appui budgétaire, ni appui sécuritaire, ni conseils salutaires. Rien.

La communauté internationale donne l’impression de vouloir laisser Ariel Henry et ses troupes cuire dans le jus de leur insuffisance.

La communauté internationale ne demande même pas au gouvernement en place de faire mieux ou moins pire. Rien.

Le chef de gouvernement, lui, laisse les Haïtiens se mordre les doigts jusqu’à se manger le bras à attendre un miracle de quelqu’un qui n’a jamais rien promis de tel.

Haïti, ce 13 septembre 2022, se consume. Le gouvernement et ses tuteurs, comme Néron, regardent les volutes de fumée et s’en repaissent.

Si on n’entend pas les pays du Core Group, c’est parce que, comme le premier ministre, ils n’ont pas le temps de parler.

Dans le pire des cas, les pays amis travaillent avec le gouvernement à parfaire le chaos, à consolider nos problèmes.

Dans le meilleur des mondes, le Core Group et Ariel Henry œuvrent à forcer les forces vives de la nation -- ou ce qu’il en reste -- à prendre en main le destin national.



Réagir à cet article