Retour triomphal pour le Haitian Labor Day Fest

L’édition 2022 du Haitian Labor Day Fest s’est déroulée le dimanche 4 septembre 2022 au Eisenhower Park à Long Island, New York. Suspendu pendant deux années en raison de la Covid-19, l’événement a eu un retour triomphal. Un public conquis et déterminé à se divertir y a pris part.

Publié le 2022-09-08 | lenouvelliste.com

L’enthousiasme et la bonne humeur régnaient au Eisenhower Park dimanche après-midi. La logistique mise en place pour l’occasion y a facilité l’accès. C’était beau de voir certains danser avant même d’avoir passé la rentrée, convaincus que l’ambiance allait être des plus chaleureuses sur le site du festival. À notre arrivée, la formation musicale KHASH était déjà sur scène. Ce jeune groupe, l’un des plus récents à avoir vu le jour sur le marché, ne s’est pas mal débrouillé. Jeunes et fougueux, ils ont mis une forte énergie dans leur prestation et ont réussi l’ouverture du festival. D'ailleurs, ils n’ont pas laissé l’assistance indifférente.

La seule artiste féminine et seule artiste à mener une carrière en solo présente au festival, Misty Jean, a embrasé la scène après une attente d’environ une heure. Comme d’habitude, Misty a offert un cocktail de chansons, danse et animation. Vêtue de blanc, cheveux au vent, Misty a su faire oublier la longue heure d’attente au public. La voix de « Se ou mwen vle » a possédé la scène comme on s’accapare d’un butin longtemps désiré. « Ou pa endispansab », « Happy » figurent parmi les chansons ayant composé son medley de la soirée.

Kaï succéda à Misty Jean. Richard Cavé et ses hommes ont enflammé le public en moins de temps qu’il en fallait pour le dire, bien moins que l’interlude entre les deux prestations. À l’aise sur scène comme un poisson dans l’eau, et en harmonie avec ses pairs, Richard a interprété « Kriminèl », « Koupab », « Are you ready ». On dirait maintenant que le musicien s’adonne bien plus à l’animation qu’à la chanson. Ça lui va bien. Et ce n’est pas le public qui va s’en plaindre. Il est honnête de mentionner que chaque chanson interprétée par le groupe fut reprise en chœur par l’assistance.

Au tour du groupe Enposib. Pour sa prestation, la bande à Medjy s’est fait introduire par des danseurs. Le lead vocal du groupe, Medjy, est arrivé sur scène habillé à la Elvis Presley moderne : pantalon ample de couleur bleu marine, veston rouge en cuir, lunettes noires et baskets blancs. L’interprète du titre « Defo » avait tout d’une rockstar ce dimanche soir. À part la danse intégrée au show, les musiciens du groupe ont choisi de faire des medleys de leurs différents succès au lieu de juste interpréter un ou deux titres. Medjy s’est laissé aller à reprendre un trend Tik Tok : le fameux « one leg dance ».

La suite de l’animation a été assurée par Ekip. Les deux chanteurs du groupe ont beau avoir du talent, le pic de la prestation arriva lorsque Shabba quitta ses percussions pour s'emparer du devant de la scène. Égal à lui-même, effortless, le « Pi piti pi rèd » a tout cassé. Il a même grimpé sur des speakers pour s’adresser au public. Évidemment les blagues autour de certains ont fusé de toutes parts, et le public en redemanda. « Ze fele », « Habitude » ont été entendues lors du passage de Ekip sur scène. Les musiciens ont fait l’effort d’assortir leurs tenues de show. On a remarqué, bravo.

 Ram est le seul groupe de la tendance racine à avoir pris part au festival. Les premières notes des musiciens ont été suffisantes pour conquérir l’assistance. Nombreux étaient les membres du public à avoir entamé les paroles des chansons du groupe avant même que Lunise ne commence à chanter. L’interprétation de la meringue carnavalesque « Defile » est l’un des moments forts de l’édition 2022 du Haitan Labor Day Fest. Le public a accompagné Lunise Morse en acapella pendant près d’une minute. L’énergie qui s'y dégageait était haïtienne. Cela se ressentait tout simplement. Ram a délivré le paquet, le public a été satisfait. 

En avant dernière position du line-up du festival, on retrouve Djakout #1. Le groupe n’a pas été particulièrement innovant. Sinon que ses hits incontestables plaisent pareil. Comment ne pas sauter sur « Biznis pa m » ? Surtout quand on a un Pouchon Duvergé au top de sa forme et heureux de partager la scène avec Polo. Ce dernier avait entonné le titre entonné le titre « Bag la ». « M ap tou ba w bag la, ma tou ba w bag la », entonnait le public. À ce stade-là du festival, il fallait rapidement laisser la place au prochain groupe. Mais non sans regret car le number 1 a plus d’un tour dans son sac.

Pour la clôture du festival, nous avons eu droit au groupe Nu-Look. L’effet Larivière a atteint le public de plein fouet. Arly a opté pour le bain de foule durant sa prestation à Eisenhower Park. L’assistance ne demandait que ça. Quelques notes des musiciens et le public chantait déjà à tue-tête. La performance du groupe au Eisenhower a confirmé que Nu-Look offre désormais une meilleure place à ses choristes. Il les met en avant. Les dames de Nu-Look s’occupent des chœurs mais elles vous offrent des tours de danse en parallèle. Qui regarde les vidéos de Ticket a pu voir Arly appeler les demoiselles au-devant de la scène pour des exercices interdits à ceux et celles dont les genoux ne sont pas solides et flexibles.

 Et ce fut la fin. Ekip et Nu-Look se sont démarqués. Le public en est sorti satisfait.



Réagir à cet article