Claude Joseph réunit plusieurs centaines de jeunes au Karibe

Publié le 2022-09-05 | lenouvelliste.com

Plusieurs centaines de participants, majoritairement des jeunes, ont payé de leur présence à l’hôtel Karibe le samedi 3 septembre 2022. La convocation a été l’initiative du parti politique Les Engagés pour le développement (EDE), proche de l’ancien Premier ministre a.i. et chancelier haïtien Claude Joseph. Il s’agissait pour cette nouvelle structure politique d’inviter les participants à « s’engager pour le changement du pays ». Gilson François, Sterline Civil, Job Berçon sont les différents cadres du parti qui sont intervenus successivement pour appeler l’assistance à s’engager, à s’impliquer politiquement dans les prochaines batailles du parti EDE.

Le secrétaire général du parti, le Dr Oméga Chéry, a invité les membres de l’assistance à converger leurs engagements en faveur d’une cause, à savoir la « construction d’Haïti à la dimension de son histoire ». « Je parle donc de l’engagement collectif, le seul vrai engagement. Les engagements les plus puissants sont généralement pour une cause, et non pas forcément contre une situation ou une condition. L’engagement essentiel de Nelson Mandela, par exemple, n’était pas contre l’apartheid mais pour la liberté -- la liberté pour lui, pour son peuple, et même pour ses adversaires. De même, l’engagement que je vous invite à prendre aujourd’hui, chers compatriotes, n’est pas contre un groupe, une classe ou une condition spécifique, mais pour le développement, -- pour vous, pour votre peuple, et même pour vos oppresseurs. L’idée de construire Haïti à la dimension de sa glorieuse histoire doit être désormais le nouveau défi, le nouveau rêve haïtien », soutient le Dr Chéry.

Dans son intervention, l’ancien Premier ministre a.i. Claude Joseph s’en est pris aux politiciens traditionnels, à ceux qui pronaient « Barikad se avni jenès la », à ceux qui refusent aux présidents élus d’achever leur mandat, à ceux qui ne peuvent prendre le pouvoir que par les gouvernements de transition, etc. Poursuivant la rhétorique qu’il épouse depuis plus d’un an, l’ancien chancelier n’a pas raté l’occasion de réaffirmer son opposition aux racistes et ultranationalistes dominicains. « Haïti ne sera jamais transformée en arrière-cour de la République dominicaine. Je m’oppose à la volonté hégémonique et dominatrice des racistes dominicains. Je me rappelle avoir demandé au président Luis Abinader d’arrêter de dire du mal d’Haïti dans ses discours officiels. Je dois clarifier que notre bataille ne vise pas la République dominicaine tout entière. Les deux nations sont condamnées à vivre en frères. Nous luttons contre les racistes et ultranationalistes condescendants. Je rends hommage aux élites dominicaines qui reconnaissent l’existence d’un racisme anti-haïtien dans leur pays », a fait remarquer Claude Joseph.

La nouvelle structure politique EDE en est à son deuxième rassemblement public. Le Nouvelliste a contacté l’ancien Premier ministre par intérim Claude Joseph pour en savoir davantage sur ce parti politique, ses aspirations et ses projets. Selon ce dernier, EDE est un «parti de rupture fondé par de jeunes professionnels, de cadres de l’administration publique, du secteur privé, etc». « On a constaté que les partis politiques démocratiques sont peu nombreux en Haïti. Il y a des hommes-partis, des projets individuels et individualistes, présentés sous forme de partis politiques, dépourvus de conditions d’émergence de nouveaux leaders. EDE est l’antithèse de cette manière de faire. Nous prônons un leadership collectif. Je ne suis pas le seul à porter la parole du parti. Il y a le secrétaire général, le Dr Oméga Chéry, les secrétaires départementaux, etc. », a indiqué Claude Joseph.

Quel est le projet de EDE ? Participer aux prochaines élections ? Claude Joseph nuance. « Notre parti s’inscrit dans la durée, avec l’objectif de construire un Haïti à la dimension de sa glorieuse histoire. Evidemment, tous les partis visent la prise du pouvoir. La concrétisation de notre projet passe par la prise du pouvoir à tous les niveaux », a-t-il soutenu. L’ancien chancelier a également répondu à la question sur la possibilité qu’il se porte candidat à la présidence lors des prochaines élections. « En Haïti, quand on veut discréditer le discours politique de quelqu’un qui se pose en rassembleur, on dit qu’il est candidat à la présidence. Nous sommes serein. Nous allons continuer à porter notre parole sur la nécessité de rupture, d’engagement, de construire une Haïti à la dimension de son histoire et sur la nécessité de rompre avec les discours des racistes dominicains concernant Haïti. EDE est un parti démocratique avec un leadership collectif. Par conséquent, seul le congrès déterminera qui se porteront candidats à toutes les échelles », a fait savoir Claude Joseph, qui a été Premier ministre par intérim de Jovenel Moïse pendant environ trois mois.



Réagir à cet article