Enquête de l’ULCC

La mairie d’Anse-Rouge, une institution minée par la corruption

La commission d’enquête travaillant sur des cas de corruption au sein de la mairie d’Anse-Rouge a révélé plusieurs cas de corruption de 2016 à 2020. L’ancien maire titulaire de cette commune, Francis Saint Cyr, est accusé de corruption, d’abus de fonction et passation illégale de marchés publics. Plusieurs firmes contractantes et des agents et proches de cette institution sont pointés du doigt dans le cadre de cette enquête recommandant à la justice de sévir contre les corrompus et les corrupteurs. 

Publié le 2022-09-07 | lenouvelliste.com

« Le maire principal, Francis Saint Cyr, et le comptable de la mairie d’Anse-Rouge, Oberde Innocent, sont les principaux responsables de la situation de corruption qui règne au sein de la mairie », soutient le rapport de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC). Les enquêteurs ont pu confirmer des anomalies dans le mode de fonctionnement de cette institution étatique. Le nombre d’employés signant les feuilles de présence est de loin inférieur à celui d’employés inscrits sur les feuilles de payroll. Pour la majorité des dépenses effectuées au sein de la mairie, dénonce le rapport, les chèques ont été émis à l’ordre du comptable en lieu et place des bénéficiaires.

Les documents fournis à la commission d’enquête révèlent que cinq projets ont été exécutés entre 2016 et 2018 pour un montant total de 835 000 gourdes, mais les responsables sont dans l’incapacité de fournir les pièces justificatives des dépenses et les documents y relatifs.

D’autres irrégularités ont été constatées. C’est le cas du projet de construction d’un poste péage financé par le ministère de l’Intérieur à hauteur d'un million de gourdes et réalisé par l’ingénieur Ezaïe Jasmin. En plus que les 2% prélevés pour le compte de la Direction générale des impôts (DGI) n’ont pas été versés, les montants inscrits dans les feuilles de payroll des travailleurs ne correspondent pas à ceux prévus dans le document du projet. 

C’est le même constat dans le cadre de la réalisation du projet de bétonnage de 150 mètres linéaires à Cité Lucarne dont le montant est de 2 990 000 de gourdes. Exécuté par la firme Groupe technique en agriculture et en construction civile, dirigée par Enock Delfis, sans aucun détail sur le choix de cette firme, ce qui laisse planer des doutes sur les concepteurs. Aucun procès-verbal d’évaluation ou de copie de correspondance adressés à d’autres firmes. Ainsi, la commission a déduit que cette firme était la seule contactée à ce sujet en raison des liens d’amitié existant entre le responsable de la firme et le maire titulaire, Francis Saint Cyr.

Cette même firme a réalisé plusieurs autres projets à Anse-Rouge. L’on parle de la place publique de Pointe-des-Mangles à la deuxième section communale Source-Chaude pour un montant de 1 996 000  gourdes, la  construction du marché de la section communale de l’Arbre, la réalisation d’un projet visant à installer douze lampadaires dans les différents quartiers de la première section communale de l’Arbre pour un montant de 599 700 gourdes.

Ces projets sont truffés d’irrégularités assimilables à des actes de corruption. Le pire est que la firme a reçu des montants sans aucune justification. « L’ULCC a identifié un montant de 93 414 gourdes reçu indument par la firme, plusieurs prélèvements n’ont pas été versés à la Direction générale des impôts et certains versements effectués au profit de la firme se sont réalisé en dehors des normes établies par la loi exigeant que le montant total des avances accordées ne peut en aucun cas excéder les 30% du marché initial ».

Par ailleurs, les enquêteurs ont constaté qu’un chèque de 100 000 gourdes a été émis par la firme à l’ordre du fils du maire titulaire, Wisco Saint Cyr, en date du 22 août 2019, et deux autres chèques de montants respectifs de 15 000 gourdes sont émis à l’ordre du comptable de la maire, Oberde Innocent en date du 5 octobre 2020. Des émissions qui sont, de l’avis de la commission d’enquête, assimilables à des pots-de-vin.

 Ainsi, l’ULCC recommande la mise en mouvement de l’action publique contre Francis Saint Cyr, maire titulaire d’Anse-Rouge, pour abus de fonction et passation illégale de marchés publics au regard des articles 5.5 et 5.12 de la loi du 12 mars 2014 portant prévention et répression de la corruption. Cette même recommandation est faite à l’encontre d’Enock Delfis, représentant de la firme GTACC comme auteur de versement de pots-de-vin, contre Oberde Innocent et Wisco Saint Cyr comme bénéficiaires du versement de pots-de-vin conformément à l’article 5.6 de la loi du 12 mars 2014.



Réagir à cet article