Les bons du Trésor seront accessibles aux entreprises et aux particuliers

Accessibles autrefois uniquement aux institutions financières, les bons du Trésor vont être désormais, d’ici le mois d’octobre, à la portée de tous : les entreprises ainsi que les particuliers. La banque centrale décide de s'en porter garant à 100%.

Publié le 2022-09-07 | lenouvelliste.com

Comme annoncé récemment par le gouverneur Jean Baden Dubois, le ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et la Banque de la République d’Haïti (BRH) ont lancé officiellement, ce jeudi 1er septembre, dans les locaux dudit ministère, le programme d’élargissement des bons du Trésor aux entreprises et aux particuliers. Ainsi un protocole d’accord a été signé lors de ce lancement par les deux parties qui s’engagent dans ce programme d’élargissement des bons du Trésor.    

En termes de caractéristiques, les bons du Trésor comptent des maturités de 91 jours, 182 jours, 364 jours, et de trois ans ou plus. Ils seront émis à partir de 25 000 gourdes. Quant au taux de rendement, il n’est pas encore défini. Il est prévu, dans le cadre des bons du Trésor, la possibilité que l’État puisse racheter des titres avant leur date de maturité. Un investisseur pourrait aussi liquider ses titres avant d’arriver à maturité.   

 « La nécessité d’élargir le marché intérieur par ces titres obligataires n’a pas cessé de s’imposer afin d’assurer un meilleur contrôle de la masse monétaire et de permettre au Trésor public d’anticiper ces besoins en termes de ressources pour financer certains projets et jubiler des problèmes de trésorerie », a affirmé le ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert, soulignant que cet élargissement des bons du Trésor s’inscrit aussi dans la droite ligne des objectifs visés par le programme d’inclusion financière.

Le programme d’émission des bons du Trésor a été initié en septembre 2010 et visait exclusivement les institutions financières. Son élargissement doit permettre aux entreprises et aux ménages d’avoir l’opportunité de diversifier leur épargne, d’après le ministre de l’Économie.  « Ce programme revêt une importance capitale pour les finances publiques, car il va contribuer à la réduction de la dépendance du pays par rapport aux financements extérieurs. Il va permettre au gouvernement et aux collectivités de mieux planifier leur budget à moyen et à long terme », a soutenu le titulaire du MEF, ajoutant que ce programme va aider le pays à mieux répondre aux besoins de trésorerie, à contenir au mieux le financement monétaire et ses impacts sur l’inflation et le taux de change.       

Pour sa part, le gouverneur Jean Baden Dubois a précisé que les bons du Trésor, c’est l’affaire du ministère de l’Économie et des Finances (MEF) pour qu’il puisse emprunter de l’argent auprès des entreprises et du public pour des besoins d’investissement, de trésorerie ou pour combler en partie le déficit budgétaire. Le gouverneur a profité de l’occasion pour mettre le public au parfum du rôle de la banque centrale dans ce programme. « Avec les bons du Trésor, nous voulons aller vers l’objectif zéro financement monétaire dans deux ou cinq ans. La BRH va jouer le rôle d’interface entre les agents économiques et le ministère de l’Économie. Elle va garantir tous les bons du Trésor à 100% », a promis Jean Baden Dubois, révélant que la banque centrale s’est déjà équipée du système technologique nécessaire pour jouer pleinement son rôle sans problème.     

Avec l’élargissement des bons du Trésor, c’est une étape franchie aux yeux du gouverneur Jean Baden Dubois dans le cadre du développement d’un marché des capitaux en Haïti. Il a attribué cela à un changement. « C’est un changement radical. Une entreprise a la possibilité aujourd’hui d’émettre des obligations que n’importe qui peut s’approprier. Ce n’est pas encore la création d’un marché financier mais c’est un pas important dans le développement de celui-ci en Haïti. C’est la première étape, et nous travaillons sur les autres », a indiqué M. Dubois, précisant qu’il n’y a pas encore d’autorité établie pour le marché financier, que toutefois la banque centrale va jouer ce rôle jusqu’à ce qu’une loi soit adoptée pour l’instaurer.

Plus loin, Jean Baden Dubois a fait savoir que les entreprises privées peuvent émettre des obligations sur le marché obligataire. La banque a déjà émis une circulaire, dit M. Dubois, permettant aux entreprises de le faire. « Une entreprise a la possibilité de permettre à un particulier de participer à sa création de richesses en émettant des obligations », a argué le gouverneur, précisant que ce n’est pas encore le marché financier où les particuliers peuvent acheter des actions dans une entreprise.    



Réagir à cet article