L’alignement des étoiles va-t-il servir le pays ?

Publié le 2022-08-31 | lenouvelliste.com

Il y a une conjonction de nouvelles, de situations, de prises de positions qui mettent pour une fois le pays et même le gouvernement Henry en situation de faire des réformes. Ce qui va se passer ou pas dans les prochains jours nous renseignera sur l'avenir?

En renvoyant la rentrée des classes de septembre à octobre, le gouvernement prolonge les vacances mais aussi se donne une bouffée d’air. Surprise !!! Personne ne désirait ardemment la rentrée des classes en septembre, ni parents ni élèves ne la souhaitaient, les directeurs d’école ne la croyaient pas possible. Ce mois supplémentaire devrait être mis à profit par les autorités pour changer de cap. Si l’école n’a pas pu ouvrir, c’est de leur faute.

Toutes les nouvelles ne sont pas mauvaises en ce mois d’août 2022, la police nationale n’a jamais été aussi présente depuis des années. Elle mène des opérations et reste un corps. Une institution.

Pour la première fois depuis des années, les services de l’administration des douanes donnent des résultats. Il y a des saisies, des arrestations et les recettes collectées augmentent.

L’Unité de lutte contre la corruption, dans un élan rare, a publié des rapports d’enquête sur des cas présumés de corruption dans l’administration publique et circulent des listes d’élus (personne n’a tout vu pour l’instant) qui sont en contravention avec la loi sur les déclarations de patrimoine. Des prêtres arrêtés, des directeurs généraux poursuivis, des parlementaires indexés, le même mois, c’est aussi une grande surprise.

Tout aussi rare, le commissaire du gouvernement a donné suite aux recommandations de l’ULCC dans la même semaine et a mis l’action publique en mouvement. Si les observateurs s’interrogent sur les capacités réelles de la justice de faire son travail dans de bonnes conditions, les apparences sont sauves. 

Même si on peut trouver incompréhensibles des décisions de la Banque de la République d’Haïti, les trouver contestables et contre productives, le régulateur tient son rôle et n’est pas contesté par ses sujets. Le système financier tient encore sur pied.

Parmi les étoiles alignées, il y a ces saisies d’armes et de munitions en Haïti et en Floride -principal pourvoyeur de matériels de mort vers Haïti- en ce mois d’août. Les douanes haïtiennes vont collaborer avec les douanes américaines et une agence de l’Onu pour améliorer les performances et la surveillance des frontières et points d’entrée.

En ce mois d’août aussi, Haïti a enfin obtenu le permis d’exportation attendu du Canada pour les véhicules blindés de transport de troupes attendus depuis des mois. Cette première commande, quand elle arrivera enfin à destination, peut ouvrir la porte pour un renforcement général de la Police nationale d’Haïti. On espère aussi, une utilisation visible des millions annoncés par la communauté internationale qui garnissent le panier commun mis en place mais dont la réalité concrète pour Haïti se fait attendre pour le moment.

Dans le même temps, des hommes d’affaires et des associations patronales ont reconnu que l’Etat ne perçoit pas tout ce qui lui est dû en matière douanière et fiscale. Ces importateurs et commerçants ont donné carte blanche aux services concernés pour les taxer et pour taxer tout le monde. Ils sont soutenus dans leur démarche par des entrepreneurs dominicains, pays partie prenante de la contrebande qui détruit Haïti.

Même si on ignore jusqu’à quand cela va durer, la chute de la gourde sur le marché local s’est estompée. Les prix ne sont pas encore ajustés à la baisse mais il y a un mince espoir

A force de courir après un plein d’essence, de ne pas pouvoir vaquer à leurs occupations faute de carburant ou de devoir payer jusqu’à 3500 gourdes le gallon de carburant, la population, encore une fois pendant le règne du premier ministre Ariel Henry, prendrait pour une aubaine une augmentation modérée des prix à la pompe si cela leur permet de faire le plein dans se faire racketter.

Comme tout ne peut pas être facile, ce mois d'août est aussi celui des premières manifestations antigouvernementales. Celui des premiers décès pour la défense des droits de la population et celui qui souligne plus que les mois passés un ras le bol général.

En ce mois d’août, il y a des dangers, des perspectives, des pistes et des opportunités à saisir. 

En d’autres temps, Georges Anglade avait écrit « La chance qui passe » pour le mouvement Lavalas naissant, le pays, avec l’actuel gouvernement ou une équipe remodelée, doit se décider à traduire les possibilités en réalités.



Réagir à cet article