L’ex-sénateur Yvon Buissereth et un proche tués et brûlés à Laboule 12

Publié le 2022-08-08 | lenouvelliste.com

Yvon Buissereth, ex-sénateur du Sud et actuel directeur de l’Entreprise publique pour la promotion des logements sociaux (EPPLS) et un proche ont été tués à Laboule 12 où le chef de gang dénommé Ti Makak faisait parler la poudre pendant de longues heures dans l'après-midi du samedi 6 août 2022.                                         

Le juge de paix de Pétion-Ville, Noël Clément, interrogé par Le Nouvelliste dimanche autour de minuit, a indiqué qu’il a été décidé de transporter les restes calcinés au commissariat de Pétion-Ville afin de dresser le procès-verbal de constat.                                 

 « Ti Makak ak nèg li yo atè a », ont indiqué des sources peu avant le partage, en début de soirée, d’une vidéo montrant deux corps calcinés dans une Toyota Land Cruiser encore fumante. En fond de la voix off, on pouvait entendre des rafales d’armes automatiques. 

Le Premier ministre Ariel Henry, chef du CSPN, a condamné cet acte. « Je condamne avec vigueur et sans réserve l'acte barbare perpétré, hier, par des gangs armés de Laboule à l'encontre du directeur général de l'EPPLS, Yvon Buissereth, ancien sénateur de la République », a déclaré Ariel Henry. 

« Ses assassins ainsi que tous les autres criminels qui sèment le deuil dans le pays seront poursuivis dans leurs derniers retranchements et doivent répondre de leurs actes ignominieux devant la justice. J’encourage la #PNH à décupler ses efforts en vue de continuer à traquer les bandits de tout acabit qui ensanglantent notre société », a-t-il indiqué.

Le président de ce qu'il reste du Sénat, Joseph Lambert, a évoqué un assassinat révoltant et l’urgence qu’un terme soit mis à ces actes. « C’est un assassinat révoltant de plus qui nous met les larmes aux yeux. Le Sénat, les gens du Sud et ses collègues savent à quel point il aimait Haïti », a tweeté en milieu de soirée le président du sénat, Joseph Lambert, samedi 6 août 2022. «  Cette situation ne peut pas perdurer », a ajouté Joseph Lambert, qui a présenté ses sympathies à la famille et aux amis de l’ex-sénateur Buissereth, DG de l’EPPLS.

Ce double assassinat, à Laboule 12 et cette démonstration de force de Ti Makak interviennent à un moment où la police a intensifié sa traque du gang  400 Mawozo à Croix-des-Bouquets et de celui de Canaan. 

Roberson Alphonse 



Réagir à cet article