L’effet papillon

Au moment où les responsables des dernières institutions présentes au centre-ville doivent être en train de s’interroger sur l’urgence ou pas de déménager leur institution de leur adresse historique de Port-au-Prince devant les menaces des gangs, reviennent en mémoire les propos d’il y a une dizaine d’années d’un ancien gouverneur de la Banque centrale.

Par Frantz Duval
Par Frantz Duval
04 août 2022 | Lecture : 3 min

Au moment où les responsables des dernières institutions présentes au centre-ville doivent être en train de s’interroger sur l’urgence ou pas de déménager leur institution de leur adresse historique de Port-au-Prince devant les menaces des gangs, reviennent en mémoire les propos d’il y a une dizaine d’années d’un ancien gouverneur de la Banque centrale. 

Charles Castel pour ne pas le nommer, avait demandé lors de l’une de ses prises de parole remarquées, si un jour, à force de reculer, un stratège ne proposera pas

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Lire aussi

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.