Réginald Boulos: « L’accord du 11 septembre est inopérant »

Publié le 2022-08-04 | lenouvelliste.com

Pierre Réginald Boulos, désormais ancien président du Mouvement pour la transformation et la valorisation d’Haïti (MTV), était l’invité de Magik9 le jeudi 4 août. L’homme d’affaires, devenu politique, se mettait en retrait depuis plus d’un an. M. Boulos a expliqué pourquoi son parti avait signé l’accord de la Primature, les raisons pour lesquelles il dit rester attaché à cette alliance et comment il voit la conjoncture. 

Selon Boulos, son parti a soutenu le Premier ministre Henry parce qu’il était la dernière volonté du président Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2022. « Au lendemain du 7 juillet, le pays s’est retrouvé dans un vide institutionnel. Il ne fallait pas laisser le pays sombrer dans l’anarchie. Il n’y avait pas une solution de remplacement bien précise. On devait choisir entre le moindre mal et le chaos total. Il y avait un Premier ministre démissionnaire et un Premier ministre nommé. Il fallait trouver rapidement une solution pour éviter au pays de sombrer dans le chaos. C’est ce qui a poussé MTV à discuter avec toutes les forces politiques, avec le Dr Claude Joseph, avec le Dr Ariel Henry, des leaders politiques proches du pouvoir et de l’opposition, etc. Nous avons recherché une solution pour le pays. Nous avons décidé de respecter la dernière volonté du président Jovenel Moïse qui avait choisi Ariel Henry comme Premier ministre », a-t-il avancé. 

Pierre Réginald Boulos a rappelé que de très tôt, son parti avait estimé que l’accord du 11 septembre était nécessaire mais pas suffisante. « Cet accord confère une légitimité au Premier ministre Ariel Henry. MTV ne l’avait pas signé le 11 septembre mais le lendemain. Notre signature était accompagnée d’une correspondance adressée au PM lui signalant que l’accord n’était pas suffisant. Nous avons prôné un élargissement de l’accord et de rechercher la paix et la prospérité pour le pays », a-t-il révélé.

Le Dr Boulos ne veut pas que l’on associe son parti au pouvoir actuel. Au dire de l'entrepreneur, MTV n’occupe pas de poste politique au sein du gouvernement. « Dans l’anthropologie haïtienne, on observe le phénomène de la précarité. Celle-ci amène des actions. Nous en sommes conscients. Je rêve qu’aucun militant du MTV ne souffre de précarité. Je le souhaite ardemment. (…) Quand j’ai rencontré le PM Ariel Henry, je lui ai dit que le MTV ne veut pas de partage de gâteau mais de responsabilités. Le poste de direction de l’OFATMA est survenu le 28 février 2022, soit 5 mois après la signature de l’accord. Je n’ai jamais discuté avec le Premier ministre pour un poste à l’OFATMA. Lorsque le PM avait rencontré le docteur Carl François, vice-président du parti, il avait précisé qu’il n’octroyait pas un poste au MTV mais à un cadre du MTV. Notre parti est fier d’avoir en son sein des médecins, des ingénieurs, des avocats, etc. Nous sommes fiers du docteur Carl François et nous l’encourageons à réformer l’institution qu’il dirige. Mais nous n’avons aucune discussion avec lui sur la manière dont il dirige cet organisme étatique », a fait remarquer l’ancien président du MTV. 

Par ailleurs, Réginald Boulos indique avoir adressé plusieurs correspondances au chef du gouvernement pour lui demander de se pencher sur les dossiers essentiels: la recherche d’un consensus large, la sécurité, la préparation de l’organisation des élections avec un audit sur la carte Dermalog et la mise en place d’un CEP, et la question migratoire avec la République dominicaine. Si aucun de ces dossiers n’a connu d’avancée, Boulos ne souhaite pas toutefois abandonner l’accord. « Parce que j’avais mené avec le MTV une lutte sous la présidence de Jovenel Moïse, je suis très mal à l’aise de me retrouver attaché à une alliance qui ne donne pas de résultat. Mais ce serait irresponsable de quitter l’accord du 11 septembre du jour au lendemain. Il y a des divisions au sein du parti autour de cette question », a-t-il souligné. 

Réginald Boulos a indiqué que son parti n’est pas satisfait de la gouvernance d’Ariel Henry. « Nous sommes insatisfaits de l’application de l’accord. Nous ne sommes pas confortables avec la situation dans laquelle se trouve le pays. Le kidnapping ronge la société, la monnaie locale se dévalue et s’échange à 150 gourdes pour un dollar, les prix des produits de première nécessité flambent, le peuple a faim, le pays est invivable, le MTV ne saurait accepter cette situation. Nous sommes totalement insatisfaits de la gestion du Premier ministre. Mais laisser l’accord ne donnera aucun résultat. On doit être dans l’accord afin d’avoir un rôle pour tenter de faire avancer le pays », a-t-il fait savoir.

De l’avis de M. Boulos, l’accord du 11 septembre est inopérant. Selon lui, aucun point de l’accord n’a été réalisé. « Le Premier ministre a choisi de faire fi d’un accord qu’il a signé. Mais on ne va pas lui laisser toute la place. Au contraire »,  a-t-il soutenu. 

L’ancien président du MTV a appelé à une grande réconciliation nationale pour sortir le pays de la crise. « L’accord du 11 septembre n’appartient pas à Ariel Henry mais à tous les signataires. Je demande à tous les signataires de se joindre aux membres du MTV, du PHTK, de Fanmi Lavalas, aux jovenélistes, entre autres, dans la perspective d’une grande réconciliation nationale. Les signataires doivent partir à la recherche de ce consensus. Je ne peux décider si le PM Henry aura un rôle dans ce sens. Il reviendra aux signataires de décider quel mode de gouvernance on va adopter  », a-t-il souhaité.



Réagir à cet article