La PNH au travail, les politiciens en vacances, le change vers 150 gourdes pour un dollar

Publié le 2022-08-03 | lenouvelliste.com

Les bandits n’ont jamais été aussi présents que ces derniers temps dans la région métropolitaine et dans divers points du territoire. Les enlèvements défraient chaque jour l’actualité. Les détournements de camions de marchandises sont quotidiens. Partout les citoyens se font détrousser. Ce qui ne se produisait que dans la grande agglomération de Port-au-Prince se produit aussi en province. L’insécurité est partout et multiforme. La mort et les dévastations s’étendent.

Une seule chose a changé ces derniers mois. La Police Nationale d’Haïti n’a jamais été aussi présente dans la région métropolitaine et sur divers points chauds de la République. La PNH arrête et stoppe mortellement des bandits. La PNH communique et continue de travailler.

Sans avoir reçu les équipements promis depuis des mois, en dépit du fait que les transports de troupes blindés attendent désespérément le permis d’exporter du gouvernement canadien, la PNH fait de son mieux avec les moyens du bord.

Ceux qui suivent de près la situation ont remarqué un saut qualitatif lors des opérations de la PNH et un engagement plus grand de la part des policiers.

Est-ce le service de renseignement qui est devenu efficace ? Est-ce le fruit des formations récentes et la présence de formateurs et de conseillers étrangers? Assistons-nous à un virage ?

Pendant que la PNH se démarque pour être la principale institution du pays à faire son travail conformément à sa mission, la douane n’a plus donné de signe de vie. Bateaux et containers sous surveillance ont disparu des radars. On n’en parle plus. La justice est toujours en panne. Le gouvernement ne véhicule aucun message, aucun discours, aucune communication.

Dans le même temps, les politiciens haïtiens, au pouvoir et dans l’opposition, font ce qu’ils savent faire le mieux : perdre du temps et se diviser. Les porteurs d’accords, les collations, les partis politiques et regroupements sont au plus bas. Ils se déchirent. Renoncent. Bêchent joyeusement.

Et comme l’économie vit de la politique, orpheline de toutes perspectives, l’inflation flamboie à 29% et la gourde flirte avec près de 150 pour un dollar.

Petit rappel pour bien comprendre la ponction sévère et la portion amère administrées au pays, le taux de référence officiel calculé par la Banque de la République d’Haïti ce 3 août est de 115 gourdes 27 mais le taux pour les montants importants, ce taux qui permet de fixer les prix des produits importés, est sur le marché libre de 148 gourdes pour un dollar, le même jour.



Réagir à cet article