Pluies de balles au bas de la ville ce mercredi, des institutions paralysées

Publié le 2022-07-27 | lenouvelliste.com

Entre vigilance, prudence ou la peur qu’un employé soit atteint d’une balle perdue, des institutions publiques et privées du centre ville et de ses environs, sont contraintes de demander à leur personnel de rester à la maison à partir de ce mercredi 27 juillet 2022. La Faculté des Sciences de l’Université d’État d’Haiti (UEH) est allée jusqu’à observer un arrêt de travail.

« Le Conseil de direction de la faculté des Sciences a décidé d’observer, à partir de ce mercredi 27 juillet, un arrêt momentané des activités académiques en raison de la dégradation de la situation sécuritaire. En effet, en moins d’une semaine, plusieurs projectiles perdus ont été retrouvés sur la cour et même dans des salles de classe », a informé le Conseil de direction dans un avis rendu public ce mercredi.

« Pendant la période d’inactivité, les espaces resteront inaccessibles aux étudiants sauf sur décision expresse émanant du Conseil de direction. Des consultations sont engagées avec le corps professoral et les étudiants en vue d’envisager la meilleure formule pour une reprise dès que possible », précise l’avis dont une copie a été acheminée à la rédaction du journal.

La situation n’est pas moins différente pour d’autres facultés de l’UEH qui se trouvent à la rue Oswald Durand et dans les environs. Élie Méus, doyen de la Faculté de droit et des Sciences économiques de Port-au-Prince avoue avoir connu des situations où des balles perdues sont tombées sur la cour de la faculté. « On a l’habitude de retrouver des projectiles sur la cour de la faculté mais pas à cette intensité. Cette semaine la situation a empiré. Aujourd’hui, notre plus grand souci c’est la tenue des examens prévus pour la semaine prochaine », s’inquiète Élie Méus dans une interview accordée au journal ce mercredi, indiquant que si la situation persiste un arrêt des activités académiques est à envisager.

À la Faculté de médecine et de pharmacie, la situation est moins alarmante. « On n’est pas encore au stade d’envisager un arrêt des activités académiques. Cependant, on demande aux étudiants, aux professeurs et au personnel administratif et au personnel de soutien de jouer la carte de la prudence. On leur conseille de limiter au maximum les déplacements dans l’environnement de la faculté », a expliqué au journal, ce mercredi, le Dr Marc-Felix Civil, vice-doyen  de la faculté.

Pourtant à la rue du Centre, Franckel Rodolph, graphiste, a été atteint au dos d’une balle perdue devant la barrière de l’Imprimeur à côté du Nouvelliste. La direction du journal a appelé les employés à la prudence.

Sur instruction du président de la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux administratif, la direction des ressources humaines a invité le personnel du bureau central à rester chez lui en attendant que la situation sécuritaire de la zone périphérique du bâtiment se normalise, a appris le journal. 

Jean Junior R. CELESTIN/celestinujunior30@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article