Cité Soleil

Publié le 2022-07-25 | lenouvelliste.com

« Ne me demandez rien de l’ancien jeu des vers », écrivait un jour Apollinaire. L’amour, la peine, la lutte contre le désespoir, tant de choses en nous qui peuvent nous éloigner des jeux formels du langage commes des argumentaires qui instruisent la pensée. Il y a des jours où l’horreur est telle qu’il ne nous reste face à elle que la fragilité du poème,  du cri qu’il porte en ses défauts.

Les morts de Cité Soleil, ceux que des gens changés en bêtes assassinent comme des bêtes, méritent justice. Ils méritent aussi quelque chose qui se rapprocherait du chant, qui serait à la fois de l’ordre de la plainte et du salut. Parfois, devant l’horreur, pour saluer les morts et dénoncer l’indifférence, il ne reste qu’un (mauvais) poème…

Nan Site Solèy

se pa poud bwa

ak dlo ravin

k ap kondi sèkèy nan lanmè

Nan Site Solèy

se pa wanga

ak Mèt minui

k ap tiye tchovi nan dòmi

Nan Site Solèy

kilè n a fin konte kadav

inosan k ap peye pou koupab ki pa janm peye !

Nan Site Solèy

mal kou mizè

y ap bat pou  viv

renmen, chante, ri, bay lanmen…

Nan Site Solèy

konben rès moun

pou chen manje

anvan pou bal sispann jape !

Nan Site Solèy

lanmò ap kriye kantamwa l

san sa pa di pèsonn anyen.



Réagir à cet article