Crise politique/Dialogue

Exécutif bicéphale ou monocéphale : le noeud dans les négociations entre Montana et Primature ?

Publié le 2022-07-18 | lenouvelliste.com

La tension a monté d’un cran dans cette troisième rencontre lundi à l’hôtel Karibe entre les tenants de l’accord de Montana, le Premier ministre et ses alliés de l’accord du 11 septembre. Ces protagonistes de la crise ont toutes les peines du monde à s’entendre sur l’introduction dans les négociations politiques de la question de l’exécutif bicéphale ou monocéphale. Ils se sont séparés sans se mettre d’accord sur ce point fondamental.

Il ne s’agit pas encore de se mettre d’accord sur un exécutif bicéphale ou monocéphale pour mener la transition, mais tout simplement d’introduire ce point dans les négociations pour en discuter ensuite. Les tenants de l’accord de Montana, le Premier ministre et ses alliés de l’accord du 11 septembre ont failli laisser à nouveau la table du dialogue à cause de ce point qui fâche. Montana est accroché à un exécutif à deux têtes évoquant la Constitution alors que les signataires de l’accord de la Primature estiment que le Premier ministre doit continuer à être le seul chef à la tête du pays en attendant les élections générales.

La commission de quatre membres (deux de l’accord de Montana et deux de la Primature) qui devait travailler sur ce point le week-end écoulé n’a pas pu aboutir à un pré-accord sur l’élaboration de l’agenda des négociations. Le dossier a été donc porté le lundi 18 juillet devant l’ensemble des tenants des deux accords, selon ce qu’a fait savoir au Nouvelliste l’ancien député Antoine Rodon Bien-Aimé de la délégation de Montana.

« Un exécutif bicéphale c’est le point qui fâche. Il n’y a pas trop de problèmes sur les autres points sinon de petites modifications…», a avancé l’ancien député Antoine Rodon Bien-Aimé.

« Nous avons exigé l’introduction en priorité du point relatif à un exécutif bicéphale dans les discussions. Après de longues discussions, l’équipe de la Primature a demandé une suspension pour aller reformuler sur ce point. Ils nous ont dit qu’ils allaient nous contacter après », a rapporté au journal Antoine Rodon Bien-Aimé. « Nous attendons maintenant la Primature pour avancer avec les négociations », a-t-il dit.

L’ancien parlementaire estime que pendant ces 12 derniers mois l’expérience d’un pouvoir dirigé par une seule personne n’a donné aucun résultat sinon « les indicateurs sont au rouge, la corruption, l’insécurité, le kidnapping, la pénurie de carburant, des massacres… », a-t-il tancé.

Le Premier ministre a dû laisser la rencontre laissant ses alliés de l’accord du 11 septembre de poursuivre les discussions.

Louis Gérald Gilles, responsable du parti politique Noulha, membre de la délégation de la Primature a confirmé au Nouvelliste qu’effectivement du côté de la Primature ils vont se concerter pour présenter une contreproposition à l’exécutif bicéphale exigé par Montana dans environ 24 heures. Il a confié au journal qu’à cause de ce point la rencontre a failli se terminer en queue de poisson.

Louis Gérald Gilles parlant au nom de sa structure politique estime que la priorité de l’heure n’est pas une question d’un pouvoir à deux têtes. « Aujourd’hui, il faut lutter contre l’insécurité, faire face au marasme économique et social et aller aux élections, c’est la priorité… », a-t-il soutenu.

Pour l’heure, il n’y a pas encore de date arrêtée pour la quatrième rencontre entre les tenants de l’accord de Montana, le Premier ministre et ses alliés de l’accord du 11 septembre. Cependant, les deux parties campent sur leur position. Pouvoir bicéphale Vs pouvoir monocéphale.       



Réagir à cet article