La Conférence haïtienne des religieux exige justice pour la sœur Luisa Dell'Orto

La Conférence haïtienne des religieux fustige l'assassinat sauvage de la sœur Luisa Dell'Orto, le samedi 25 juin 2022, à Delmas 19. L'institution catholique exige que justice soit rendue à cette religieuse dont le seul «crime» a été de s'être consacrée au «service de la vérité, des jeunes et des enfants qui vivent dans une pauvreté extrême».

Publié le 2022-07-01 | lenouvelliste.com

La sœur Luisa Dell'Orto a été sauvagement assassinée, le samedi 25 juin 2022, à Delmas 19. C'est un crime de trop pour la Conférence haïtienne des religieux qui dit rester sans voix.  

«Cet acte odieux nous plonge dans la confusion, l'indignation, la révolte, la colère», a écrit l'institution religieuse. 

Dans une note publiée le 30 juin, la Conférence haïtienne des religieux se montre préoccupée face à la machine à tuer qui emporte tout sur son passage. 

«Quand est-ce que cette descente aux enfers va-t-elle s'arrêter ? Qui saura stopper cette spirale de violence ?», s'interroge l'institution catholique, regrettant que nous assistions «impuissants» à une léthargie qui paralyse tout un peuple. 

«Une fois de plus, malgré l'inaction de nos autorités, nous, religieuses et religieux, associons nos voix à celle de l'Église et de toutes les personnes de bonne volonté pour dire non à cette violence inutile et sans visage qui détruit notre pays», se désole la Conférence haïtienne des religieux. 

La Conférence haïtienne des religieux exige que justice soit rendue à la sœur Luisa Dell'Orto dont le seul crime, dit-elle, a été de s'être consacrée au service de la vérité, des jeunes et des enfants qui vivent dans une pauvreté extrême. 

La Conférence haïtienne des religieux en a profité pour lancer un appel aux autorités compétentes de diligenter une "enquête sérieuse" pour établir les circonstances et le mobile qui ont conduit à cette barbarie afin que les auteurs de ce crime odieux soient arrêtés et déférés devant la justice.

Après avoir été missionnaire à Madagascar et au Cameroun, la sœur Luisa a consacré 19 années au service des enfants pauvres de Cité Okay à Port-au-Prince. C'était sa façon à elle de s'offrir en sacrifice pour sauver les jeunes de la délinquance et de toutes les autres dérives auxquelles ils sont quotidiennement exposés, a fait savoir la Conférence haïtienne des religieux. 

Selon la note, la sœur Luisa a contribué également à la formation des séminaristes comme brillante professeure de philosophie. «Elle nous a légué un témoignage de vie immensément plus fort que le crime qui l'a emportée», a indiqué la Conférence haïtienne des religieux, convaincue que son sang férocement répandu demeurera une semence de réconciliation et de paix pour la nouvelle Haïti dont rêvent tous les Haïtiens et toutes les Haïtiennes.

Tout en présentant leurs sympathies à la congrégation de la sœur Luisa, les Petites Sœurs de l'Evangile, qui l'avait  généreusement désinée missionnaire pour Haïti comme missionnaire, à sa famille biologique, à ses nombreux étudiants, à ses collègues d'université, à toutes celles et tous ceux qui sont légitimement choqués et meurtris par le départ prématuré de la sœur Luisa, la Conférence haïtienne des religieux prie pour que Maman Marie, Notre-Dame du Perpétuel Secours, patronne de notre chère Haïti, jette un regard de miséricorde et de compassion sur notre pays qui dérive sans qu'aucune main forte ne puisse l'en empêcher : « Se nan ou sèl espwa nou ye! »



Réagir à cet article