Pour ses 157 ans, le collège Saint-Martial célèbre ses réalisations et parie sur l’avenir

Publié le 2022-07-01 | lenouvelliste.com

Ce 30 juin, le Petit séminaire collège Saint-Martial a fêté son saint patron et célébré les 157 ans d’existence de l’établissement. La direction de l’établissement a profité de l’occasion pour évoquer les différentes réalisations de l’institution en termes d’infrastructures. Pour ce 30 juin, la grande famille de Saint-Martial, des membres de l’amicale des anciens, des bienfaiteurs, notamment les représentants de Unibank et Capital Bank, d’autres amis, des professeurs et d’autres membres du staff, ont pris part à la célébration. « On voulait montrer ce qu’on a réalisé depuis 2018 et on voulait les inaugurer. De plus, on voulait rassembler notre grande famille et mobiliser du monde autour de notre projet. On voulait montrer qu’on est bien vivant malgré tout », a justifié le père Benjamin Osio, l’un des responsables de l’établissement chargé de la reconstruction.

Le prélat a fait un bilan des avancées de 2018 à nos jours tout en se fixant de nouveaux objectifs. « Nous avons aménagé la cour, le terrain de sport, le parking, le bâtiment de la bibliothèque, l’infrastructure de potabilisation de l’eau, un nouveau bâtiment pour la section primaire et un bâtiment pour l’administration. Au cours de la cérémonie, nous avons fait le point sur le chemin parcouru et montré les projets qu’il nous reste à faire. Nous allons devoir reconstruire essentiellement la section secondaire et la grande chapelle de Saint-Martial qui fête son centenaire cette année. Les plans pour la construction de la section secondaire sont là, nous n’avons pas encore les moyens de lancer ce projet et les conditions du pays ne sont pas encore stables pour le faire », a détaillé le révérend père Benjamin Osio.

Le père Benjamin Osio souligne que, pour ses 157 ans, le collège a célébré le fait que l’institution continue de tenir, en dépit du fait qu’il se situe dans une zone hostile. « Nous sommes conscients de l’environnement dans lequel nous évoluons. D’ailleurs, certains invités n’ont pas pu se joindre à cette célébration par crainte de se faire attaquer. Le collège a dû s’adapter pour évoluer dans cette zone. On fait attention. Je dois quand même dire que cette année les choses n’ont pas été si mauvaises. On n’a pas eu de grosse interruption comme c’était le cas dans les années précédentes. Nous avons accueilli 1 500 écoliers cette année. Les choses ne vont pas rester ainsi. Cela va changer, je l’espère. On ne va pas se laisser abattre », a-t-il affirmé.



Réagir à cet article