gouvernement/ FMI

Signature d’un SMP pour la stabilité macroéconomique et la croissance

Haïti et le Fonds monétaire international (FMI) ont abouti à la signature d’un programme de réforme économique intitulé « Staff monitored program » (SMP) après environ deux ans de discussions. C’est le ministre de l'Economie et des Finances Michel Patrick Boisvert et le gouverneur de la Banque de la République d’Haïti (BRH) Jean Baden Dubois qui ont annoncé la nouvelle, le jeudi 30 juin 2022, au cours d’une conférence de presse tenue à la salle de conférence du ministère de l’Economie et des Finances (MEF).

Publié le 2022-06-30 | lenouvelliste.com

« Contenir le déficit budgétaire à 1,5% du PIB pour l’exercice 2021-2022 et le stabiliser à moyen terme autour de 2,8%, faire plafonner le financement monétaire autour de 2,2 % du PIB contre 2,9 pour l’année précédente et le stabiliser à moyen terme à 2%, éliminer à terme les subventions aux produits pétroliers dès que les conditions le permettront, notamment grâce aux programmes sociaux, prendre en compte toutes les ressources et les activités du Fonds d’assistance économique et sociale (FAES) dans le cadre budgétaire à moyen terme, construire et développer des filières de sécurité sociale, améliorer la gouvernance, la transparence et la reddition de comptes en publiant l’ensemble des contrats et concessions publiques, renforcer le cadre institutionnel de la BRH et du FAES », a indiqué le ministre Michel Patrick Boisvert, soulignant les grandes orientations du SMP qui débute dès ce mois de juin.   

Pour le titulaire du MEF, le SMP constitue un gage de confiance à travers lequel le gouvernement a pris des engagements visant à assainir le cadre macroéconomique et financier du pays, augmenter la capacité accrue de catalyser les financements externes, notamment sous forme d’appui financier à court et moyen termes. Ce programme, une fois exécuté, doit permettre au gouvernement d’être habilité à discuter avec le FMI d' un autre programme important. Signé le 9 juin 2022 par les autorités financières du pays et le FMI, le SMP doit durer 12 mois. « Ce programme, non assorti d’aide financière, constitue un signal fort pour mobiliser les fonds des autres partenaires techniques et financiers du pays. Il vise, entre autres, à aider le gouvernement à rétablir la stabilité et la croissance macro, à réduire l’inflation et mitiger ses effets sur les ménages les plus vulnérables à travers notamment la mise en œuvre de programmes sociaux », a soutenu le ministre de l’Economie et des Finances précisant que le pays et le FMI se sont engagés sur un ensemble de mesures de gouvernance économique et financière et de protection sociale.    

Pour sa part, le gouverneur de la banque centrele Jean Baden Dubois, a souligné que cela fait sept ans depuis qu'Haïti n’arrivait pas à conclure un programme avec le FMI. « Dans le cadre de ce programme le (SMP), il est question de mettre en œuvre des politiques visant à rétablir la stabilité macroéconomique et la croissance, renforcer la gouvernance, amorcer la réduction de la pauvreté », a déclaré le gouverneur de la BRH, invitant tous les secteurs et tout le gouvernement à s’approprier le SMP afin de renforcer la gestion des finances publiques, des recettes et la transparence ainsi que toutes les mesures de lutte contre la corruption.    

Le gouverneur a présenté le SMP comme étant un programme de référence qui va permettre au pays de regagner sa crédibilité. Ce programme, a fait savoir M. Baden, permettra de redonner confiance aux investisseurs. « Nous sommes persuadés que les efforts déployés vont constituer des réponses appropriées aux défis macroéconomiques. Pour répondre aux défis macroéconomiques, il faut toutefois résoudre le problème d’insécurité. Si le problème d’insécurité persiste, ce sera difficile, voire impossible de faire des progrès. Nous avons aussi un problème d’insécurité alimentaire, de gangs armés et d’énergie », a déploré le gouverneur de la banque centrale, Jean Baden Dubois.          



Réagir à cet article