Billet de lecture : Guy Bélizaire, des rêves brisés

C’est l’été, c’est le moment idéale pour lire. Lire avec un soleil qui brille de mille feux sur les pages. Lire avec une tasse de café brûlant à la main. Lire avec une petite musique blues qui roule pas trop fort. On peut aussi relire. La relecture est l'un des meilleurs moyens de bien lire. Crise politique, insécurité... les livres demeurent présents dans notre vie quotidienne. Des livres pour exprimer nos inquiétudes, nos certitudes et la richesse de nos regards sur le monde, et la condition humaine.

Publié le 2022-06-23 | lenouvelliste.com

On peut au moins se consoler en se disant que les auteurs ne méritent pas tous de nous décevoir. Quand on tombe de haut, c’est qu’on se trouvait sur un sommet. Coup de maitre, le dernier roman de Guy Bélizaire me plaît beaucoup. Plaisir esthétique, vive émotion, ce livre m’a procuré un émoi littéraire comme on en éprouve trois ou quatre fois par an. 

Né au Cap-Haïtien, Guy Bélizaire vit au Québec. Le romancier a quitté Haïti depuis une quarantaine d’années. Il n’est pas trop connu en Haïti. Ses deux livres ne sont pas encore disponibles dans le pays. Mais c’est un  écrivain qui met sa table d’écriture au cœur d’Haïti. Il reste un écrivain attaché à sa terre natale. Après avoir publié en 2018 un recueil de nouvelles intitulé « À l’ombre des érables et des palmiers » aux éditions  L'Interligne, il revient avec son premier roman « Rue des rêves brisés » chez le même éditeur. En 2021 j’écrivais une chronique pour « La bibliothèque francophonie des Amériques » afin de recommander la lecture de ce roman qui est disponible sur la bibliothèque du centre.

Dans ce texte au rythme fluide et serré, qui prend son temps sans jamais s’essouffler, Guy Bélizaire dresse tout en nuance un vibrant tableau sur l’exil, l’immigration, le racisme et l’identité.  L'intérêt de ce roman réside dans ces petites étincelles d'émotion que nous transmet le personnage principal, dans son désir d'être accepté et d'être aimé.

Dans ce roman plein de tendresse et d’humour, le narrateur, Christophe, a 17 ans. Il est né et a grandi à Longueuil au Québec. Mais attachés à leur pays d’origine, Haïti, ses parents projettent de quitter le Canada. Christophe est profondément triste. Ce voyage, qui le séparera de ses amis, n’est pas envisageable. Ses parents vendent leur maison et quittent Longueuil pour s’installer à Chemin-de-la-Côte-des-Neiges en attendant de retourner en Haïti. Dans ce nouveau quartier, il y rencontre Mélodie, son amour, et plusieurs jeunes gens avec qui il se lie d'amitié. Après l'euphorie causée par la fin de la dictature de Papa Doc en Haïti, la situation se détériore. Ses parents ne veulent plus rentrer au pays. Mais que faire dans un pays où la police tue ton meilleur ami parce qu’il est noir ? Comment revenir dans ton pays d’origine où l’on tue l’espoir à hauteur d’homme ? Bienvenue à la rue des rêves brisés.



Réagir à cet article