Libération de 4 agents douaniers sur les 5 kidnappés, le mot d'ordre d’arrêt de travail se maintient

Les ravisseurs ont libéré contre rançon, le mercredi 15 juin, 4 des 5 agents douaniers de la douane de Port-au-Prince, kidnappés le 10 juin. Cependant, l’Association des douaniers haïtiens (ADH) maintient le mot d’ordre de grève lancé au début de la semaine, pour exiger la libération des victimes. Elle réclame la libération du 5e agent.

Publié le 2022-06-17 | lenouvelliste.com

Les employés de l’Autorité aéroportuaire nationale n’ont pas repris leurs activités après la libération de 4 agents douaniers, a annoncé Woosner Registre, porte-parole de l’Association des douaniers haïtiens, intervenant à la matinale de Magik 9. L’arrêt de travail se poursuit jusqu’à la libération du 5e agent, encore entre les mains des kidnappeurs. « Les familles des victimes ont négocié avec les ravisseurs pour la libération de tous les membres séquestrés. Malheureusement, ils ont choisi de ne pas libérer l’un d’entre eux. C’est la raison du maintien de l’arrêt de travail qui se poursuivra jusqu’à ce que nous obtenions la libération de Me Guerline », a fait savoir le porte-parole, précisant que les 4 autres agents ont été libérés contre rançon.

L’arrêt de travail est avant tout un signe de solidarité aux nôtres, a avancé Woosner Registre. C’est aussi une façon de pousser les autorités à prendre leurs responsabilités. « Quand un membre parmi nous est confronté à des difficultés, nous sommes obligés de nous solidariser avec lui », a argué l’agent douanier. « Il y a aussi le problème de l’insécurité. La douane est logée entre le boulevard Harry Truman et la rue Du Quai, sur la face nord-ouest de La Saline. Les agents sont souvent fouillés », a-t-il précisé, soulignant que le couloir de sécurité établi à l’intersection du boulevard Harry Truman et la rue des Casernes ne suffit pas à établir un environnement serein pour les employés qui empruntent d’autres voies pour regagner leur demeure, notamment la rue des Miracles. Le porte-parole a rappelé que l’ADH a écrit aux autorités, leur demandant d’établir un périmètre de sécurité dans les périphéries de la douane. 

Woosner Registre a apporté des détails concernant la vulnérabilité des agents de l’APN, la suprématie des hommes armés qui logent les environs de la douane. « Des bandits ont attaqué une sous-direction de l’APN, responsable du débarquement des marchandises, logée vis-à-vis de la douane. Ils ont emporté tous les documents qui se trouvaient à l’intérieur. Jusqu’à présent, nous n’avons pas pu récupérer l’espace. Ils ont changé les serrures », a révélé le membre de l’ADH, ajoutant par ailleurs, que l'attaque menée par les bandits le mercredi 15 juin 2922, n'était pas perpétrée contre la douane, mais plutôt contre Caribean Port Service (CPS), une institution logée à l’intérieur de l’APN. Il a fait savoir que deux agents de sécurité étaient grièvement blessés dans l'attaque. L’un d’entre eux n’a pas survécu à ses blessures. 

Woosner Registre a souligné la nécessité pour que les dirigeants travaillent à créer un climat favorable à la reprise des travaux à l’APN. « Le climat dans lequel nous travaillons a des impacts considérables sur les recettes douanières. La douane est l’une des deux plus grandes institutions qui fournissent beaucoup le plus de recettes à l’État haïtien. C’est une institution importante », a rappelé le porte-parole de l’ADH. 



Réagir à cet article