Diffusion des taxis-motos dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince  Paradoxe et controverse

Publié le 2022-05-27 | lenouvelliste.com

Vers les années quatre-vingt-dix-sept, un nouveau moyen de transport, les taxis-motos, fait son arrivée dans le transport public en Haïti. Dans l’Aire métropolitaine de Port-au-Prince et ses communes avoisinantes, son apparition marque le début d’une véritable concurrence avec les autres moyens de transports traditionnels (tap-tap ou camionnette, taxis, bus, mini-bus,camion) en raison de l'explosion démographique, l’urbanisation anarchique et la crise générale de paupérisation de la population.

Cet ouvrage est une contribution à la réflexion sur la mobilité dans les PED, et un appel à la régulation de l’activité des 2-3 RM dont on doit conserver les effets positifs tout en atténuant les impacts négatifs. Il est écrit dans le but de valoriser certaines données dans le cadre d’un projet de thèse de doctorat. Ce livre accorde une large place aux résultats de nos deux premières enquêtes de terrain réalisées en 2015 et 2016 puis se divise en deux parties. Il a contribué à la création de cartes illustrant les plans de transport des communes composant l’AMP et la localisation des points de stationnements des taxis-motos. Une institution publique, le Service de la circulation des véhicules (SCV), a été présentée puis une analyse des causes et conséquences de la propagation des taxis-motos et du fonctionnement des taximotomen ont permis d’exhiber l’essence même de ce phénomène. Ainsi, il débute avec un grand inventaire de l’histoire des transports dans cette agglomération et a permis d’observer les efforts ainsi que les échecs des tentatives de formalisation pendant un siècle un quart. Il démontre comment l’avènement des motocyclettes est incorporé à la mauvaise qualité de l’offre de transport dans cette aire dont le réseau de transport est très lent. Grâce à la rapidité de ces véhicules, le service offert par taxi-moto vient établir un équilibre peu satisfaisant entre une mobilité améliorée et un envahissement du territoire fortement inquiétant. Dès lors, les motocyclettes sont objet de discussion, car l’image positif du transport qu’ils projettent en termes de besoin de déplacement et de palliatif au chômage des jeunes mérite une attention particulière. En parallèle, les maux et nuisances engendrés par le fonctionnement de leur conducteurs peuvent être retenus comme un sujet de débat. Puisque, le service offert est formalisé par la notion d’empressement, du point de vue humanitaire et sécuritaire des solutions devraient être envisager et pourraient consister non seulement, à réduire les difficultés de se déplacer en temps voulu et dans n’importe quel lieu, mais aussi de prendre en compte les coûts de déplacement et les désidératas de la population en termes de qualité de vie, de protection de l’environnement et d’espace où il fait bon de vivre.

Carline JOSEPH DUVAL
Auteur


Réagir à cet article