Crise politique/Dialogue

Primature et Montana ne s'entendent pas sur comment négocier

Publié le 2022-05-25 | lenouvelliste.com

Plus d’une semaine après la deuxième rencontre entre le Premier ministre Ariel Henry et Magali Comeau Denis de l’accord de Montana, les deux parties se heurtent sur une question de modalités des négociations. Dans une contre-proposition de modalités de discussions, Ariel Henry a soumis quatre points que l’équipe de Montana juge incomplète parce qu’elle ne prend pas en compte la question de la gouvernance du pays.

La dernière rencontre entre Ariel Henry et Magali Comeau Denis remonte au dimanche 15 mai 2022. Depuis, les deux parties se livrent à une sorte de jeu de correspondances sur les modalités de négociation.

Le BSA avait d’abord soumis au Premier ministre les modalités des négociations pour appréciation et modification éventuellement. Il s’agissait de la création d’un environnement propice à la réussite du processus de dialogue politique ; des objectifs du dialogue politique ; le lieu et la durée des discussions ; l’agenda des discussions ; la composition des délégations ; l’observation du dialogue politique.

Le Premier ministre, dans sa réponse, n’a pas pris en considération les modalités soumises par l’accord de Montana. Il a fait une autre proposition de discussion autour de quatre points : l’insécurité et la corruption ; le changement de la Constitution ; la formation du Conseil électoral pour l’organisation des élections et des programmes d’apaisement sociaux.

Selon Ernst Mathurin, membre du Bureau de suivi de l’accord de Montana, qui a rendu publique sur radio Magik9 la contre-proposition d’Ariel Henry, dans sa proposition de modalités de négociations, le Dr Henry ne voit pas les choses sous le même angle que l’accord de Montana. Il a toutefois reconnu que certains points dans la contre-proposition du Premier ministre font partie de l’agenda de Montana. « Mais cela ne suffit pas… », a-t-il soutenu.

De l’avis d'Ernst Mathurin, il faut créer un environnement pour la mise en application des quatre points dans la contre-proposition d’Ariel Henry qui, a-t-il ajouté, doit être assurée par une équipe responsable.

Ce membre du Bureau de suivi de l’accord de Montana a fait remarquer que dans la contre-proposition d’Ariel Henry il n’y a pas de discussions sur la gouvernance. « Pour lui, il n’y a pas de problème de gouvernance. Il a besoin de conseil et d’appui pour son gouvernement », a tancé Ernst Mathurin.   

« Le samedi 21 mai, nous avons répondu au Premier ministre pour lui dire qu’il y a un problème de gouvernance grave qui ne date pas de son administration mais qui s’est aggravé avec lui », a déclaré Ernst Mathurin sur radio Magik9.

Le Bureau de suivi de l’accord de Montana attend maintenant la réponse du Premier ministre. Un proche d’Ariel Henry a confié au Nouvelliste que pour le moment la priorité du chef du gouvernement n’est pas  un changement de postes dans l’administration publique. « La priorité actuelle est le rétablissement de la sécurité, la lutte contre la corruption, le fonctionnement de la Cour de cassation, la formation d’un Conseil électoral provisoire et l'organisation des élections », a confié ce membre du gouvernement.

Comme c'était le cas après l’interruption des négociations en février dernier, les membres de l’accord de Montana et le Premier ministre Ariel Henry butent sur les modalités des négociations.



Réagir à cet article