Haitian Festival Compas jour 1 : Ekip et Darline Desca l’emportent

Le Haitian Compas Festival a repris ses droits ce week-end en Floride. Programmé sur deux jours, les 14 et 15 mai, le Compas Fest a drainé un public nostalgique des deux années d’arrêt et en soif de plaisir. Comme d’habitude, la foule s’est fait attendre avant de finalement se rassembler au Miramar Regional Park où l’évènement se déroule. Du line-up composé à part égales d’artistes et de groupes musicaux, Darline Desca et Ekip sont en tête de liste des prestations.

Publié le 2022-05-16 | lenouvelliste.com

La formation musicale « Volum » a ouvert les festivités de la première journée du festival. Les quatre musiciens du groupe ont fait de leur mieux pour égayer l’assistance éparse présente au Miramar Regional Park. La chanteuse Chloé dont les efforts n’ont pas réussi à secouer le public leur a succédé. Heureusement que DJ Nicky Mix a déployé son expérience pour combler la longue attente qui allait suivre. Pour qui est habitué au Compas Fest, rien de nouveau sous le soleil.

Un segment particulier a été réservé aux dames du HMI. Shassy a ouvert cette série avec un medley de ses titres sans que le public ne lui rende l’énergie de son playback. Du moins pas avant qu’elle ne chante la chanson « M damou on neg ki pa pou mwen » à la fin de sa prestation. Prestation qui a d’ailleurs laissé plus d’un perplexe. Par moment, on se demandait si elle était là pour chanter ou pour danser ou encore pour mimer ? La mise en scène était bonne, bravo, mais le chant doit être travaillé. Le playback étant trop évident et a vite lassé le public.

Vous savez bien que Misty n’a plus rien à prouver. Madame a généreusement assuré son spectacle. Mélangeant chant et chorégraphies sur un medley de ses meilleures compositions. Rien à reprocher sinon que la prestation fut trop brève. Le temps d’en profiter, c’était fini. Sa ki bon toujou twò kout.

Bad Girl DD a tout cassé. En minishort et crop top, Darline Desca en a mis plein la vue aux spectateurs. Pour sa première participation au Compas Fest, la voix de « Pik Makaya » n’a rien laissé au hasard. Agençant ses succès au rythme de ses chorégraphies du jour, elle a tout simplement assuré. Ajoutons que ces dames ont été accompagnées d’un seul groupe de musiciens, ce qui a facilité la fluidité du show.

Avant que les formations musicales ne prennent la relève, Kenny Haïti et Fatima ont assuré la transition. Fort de ses succès, Kenny n’a eu aucun mal à animer l’assistance qui a assuré volontairement les chœurs. Évidemment, ce fut l’euphorie lorsque Fatima l’a rejoint sur scène. De plus en plus habile avec sa voix et sur scène, Fatima a bien assuré sa prestation. Laissant la sensation d’une performance brève.  Définitivement on veut plus de Fatima. Plus de programmation aussi.

Le reste de la soirée s’est ensuite déroulée comme suit. Zenglen qui a mis Shoomy, sa dernière recrue en valeur, vu qu’elle a ouvert le show avant même que le chanteur Emymix ne fasse son apparition sur scène. Les artistes de cette formation ont envoyé un message d’unité aux Haïtiens face à la crise que vit le pays.

T-Vice a pris rapidement le relai. Si « Kite m montre w » l’un de leurs derniers titres a servi d’intro, Vice2K n’a pas oublié son arme de guerre « Elikoptè ». Bien sûr, l’effet reste le même. Efficace. Très efficace comme toujours les Vice.

Ensuite Ekip a pris la relève. Emmené par D-Perfect, avec Steeve Khé et Shabba égaux à eux-mêmes, le groupe a délivré la meilleure prestation de la soirée. Que ce soit au niveau de l’animation ou au niveau de la réaction du public. « Ze fele » ou encore « Abitid la » sont parmi les titres qu’ils ont repris pour l’occasion. Ils sont suivis de la formation musicale Klass qui n’est même pas restée 15 minutes sur scène. De Vayb qui mérite vraiment d’offrir du nouveau au public et de Djakout #1. Les prestations de ces trois derniers groupes ont été largement influencés par un grave problème de sonorisation qui a empiré durant leurs prestations. A l'arrière c'était parfait, devant le stage un peu moins.

Qu’il s’agisse de Mickael Guirand, Pouchon Duverger ou encore Pipo, ils ont poussé de la voix et fait de leur mieux alors que le public avait des difficultés à les entendre. Une assistance qui n’avait pas hésité à siffler une jeune dame chargée de chanter les hymnes nationaux américains et haïtiens. Cette dernière a, grâce au soutien du MC d’office, réussi à chanter la Dessalienne que les Haïtiens ont reprise en chœur avec elle. Il faut croire que les Haïtiens installés au pays de l’oncle SAM, veulent jouer la carte de l’ingratitude. Petit rappel, la Floride est aux États-Unis. Pas en Haïti.

Cette première soirée du Haitan Compas Festival a été marquée par la disparition soudaine et tragique de Reberta Jusmé, jeune femme talentueuse, brillante et passionnée de la musique et de l’art haïtien. Les groupes Klass et T-Vice pour lesquels elle avait officié comme PR lui ont rendu un hommage bien mérité. Signalons aussi que la grande majorité des artistes ont lancé des messages de paix et un appel au rétablissement d’un climat de sécurité en Haïti.



Réagir à cet article