Palais de justice/Cambriolage

Le parquet de Port-au-Prince et une dizaine de cabinets d’instruction cambriolés

Le palais de justice, situé au Bicentenaire, a encore été cambriolé dans la nuit du mardi 10 mai 2022. Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, qui a confirmé la nouvelle au Nouvelliste, a indiqué que le cabinet de plus de cinq juges d’instruction, les bureaux de six substituts commissaires du gouvernement ont été cambriolés. Me Jacques Lafontant qui, au moment de l’interview, n’était pas en mesure de donner un bilan détaillé des objets volés, a donné la garantie quant à la sécurité de certains grands dossiers judiciaires.

Publié le 2022-05-11 | lenouvelliste.com

En toute quiétude et en toute impunité, des individus cambriolent régulièrement le palais de justice logé au Bicentenaire.  Ce nouveau cambriolage au tribunal de première instance de Port-au-Prince intervient vingt-quatre heures après que le directeur général de la Police nationale, Frantz Elbé, a présenté à la presse des armes à feu et de l’argent saisis au cours des différentes opérations des forces de l’ordre. Selon Frantz Elbé, 234 armes à feu, 25 kilos de cocaïne et 658 kilos de marijuana, 78 520 dollars américains et 34 220 575 gourdes ( trente-quatre millions deux cent vingt mille cinq cent soixante-quinze), entre autres, ont été saisis.

Interrogé pour savoir si les autorités policières avaient envoyé au parquet de Port-au-Prince ces pièces à conviction et corps du délit, le commissaire du gouvernement a tenté de rassurer les esprits. Me Jacques Lafontant a fait savoir que ces objets saisis ne se trouvaient pas au parquet au moment du cambriolage tout en soulignant que son bureau n’a pas été cambriolé, cette fois.

« Nous avons mis les grands corps du délit, les armes à feu, l’argent ainsi que les dossiers en lieux sûrs. Les dossiers emblématiques comme celui de l’assassinat du président Jovenel Moïse, de Me Monferrier Dorval et autres dossiers importants sont en lieu sûr.  Nous sommes certains à cent pour cent qu’ils ne pourront pas les voler », a assuré Me Jacques Lafontant dans une interview téléphonique accordée mercredi au journal.

Selon le chef du parquet, les voleurs ont bu sur place des caisses de bière entreposées au palais de justice, emporté des réfrigérateurs mis à la disposition des juges et des commissaires du gouvernement ainsi que des téléphones portables qui se trouvaient dans certains dossiers. Toutefois Me Lafontant a dit attendre l'inventaire pour avoir une idée plus détaillée sur les objets volés.

Cependant, pour le président de l’Association des greffiers, Me Aîné Martin, le palais de justice a subi dans la nuit du mardi 10 mai un important cambriolage. « Au moins six chambres d’instruction ont été vandalisées. Le cabinet du juge d’instruction Ickenson Edumé, celui du juge Mathieu Chanlatte, de Jean Wilner Morin, de Annie Fignolé, de Garry Orélien, du juge Ramoncite ACCIME…ont été cambriolés », a-t-il fait savoir au journal.

Le secrétariat du greffe central, les greffes 1 et 2 du parquet de Port-au-Prince ont aussi été cambriolés, a-t-il ajouté. « Le bureau du chef du parquet de Port-au-Prince et les bureaux de dix  substituts commissaires du gouvernement ont été cambriolés », a énuméré Me Aîné Martin.

Selon les constats du président de l’Association des greffiers, un peu partout au palais de justice, les voleurs ont tout saccagé, mélangeant ainsi un ensemble de dossiers. S’il n’était pas encore en mesure de dire avec précision les objets volés pendant le cambriolage, Me Martin a souligné que les voleurs ont ciblé des cabinets d’instruction bien spécifiques.

Me Ainé Martin critique les autorités qui n’ont rien fait pour protéger le palais de justice en dépit du fait qu’il est de plus en plus facile pour des individus de cambrioler le tribunal de première instance de Port-au-Prince.

S’agissant des agents qui sécurisent généralement le palais de justice, le chef du parquet a souligné que : « étant donné la zone où se trouve le tribunal est contrôlée par des gangs armés, la nuit ils se mettent à l’abri ».



Réagir à cet article