La cheffe de coopération suisse dans le monde en visite dans le Sud

La directrice de la coopération suisse dans le monde, Patricia Danzi, a effectué mercredi 20 avril, une visite dans le Sud où son pays a investi à fond à travers le Projet d’appui à la reconstruction de l’habitat avec formation dans le Sud (PARHAFS). Accompagnée de l’ambassadeur Fabrizio Porreti, elle s’est rendue sur le terrain pour vérifier les programmes initiés par l’ambassade de Suisse en Haïti. Depuis 2010 jusqu'à nos jours, la coopération suisse investit en Haïti, chaque année, environ 15 millions de dollars américains.

Publié le 2022-04-22 | lenouvelliste.com

En Haïti, pour lancer la toute dernière coopération suisse en Haïti (2022-2024), Patricia Danzi, directrice de coopération suisse dans le monde, a profité de son passage pour se rendre dans la péninsule du Sud. À Port-Salut, la cheffe de la coopération suisse a visité les projets initiés par la coopération dont un abri, un centre de formation professionnelle. Mme Danzi s’est rendue par la suite à l’hôpital de Port-à-Piment, endommagé par le séisme du mois d’août 2021, avant de se rendre avec la délégation suisse à Roche-à-Bateau pour apprécier le modèle de construction parasismique et paracyclonique réalisé grâce à l’appui de la Suisse.  

Dans le cadre du Projet d’appui à la reconstruction de l’habitat avec formation dans le Sud (PARHAFS), 320 familles ont été appuyées, 2 abris communautaires de protection ont été construits, deux autres en cours, 14 comités locaux et communaux de protection civile et d’équipes d’intervention mis en place.

Patricia Danzi se dit satisfaite des actions menées sur le terrain grâce à la coopération suisse et parle d’un bilan positif. Selon elle, la perspective ne va pas changer. La Suisse, dit-elle, soutient les autorités locales à faire face à des événements futurs pour qu’il y ait moins de dégâts, tout en sachant comment reprendre la normalité le plus vite possible. La directrice de la coopération suisse se réjouit par ailleurs de l’opportunité donnée à la coopération suisse de mettre en œuvre elle-même des projets dans la communauté, tout en tenant compte des réalités.

« Cela me fait plaisir de voir des jeunes en formation. Beaucoup de pays font face à des défis de trouver un travail aux jeunes. Une formation peut augmenter leur chance de trouver un boulot. Il n'y a rien de pire qu’une jeunesse sans espoir, sans motivation et qui ne voit pas de perspective », a indiqué Mme Danzi, soulignant que la Suisse est un partenaire qui aboutit toujours avec ces programmes. Elle explique que durant les 12 dernières années, la coopération suisse a dépensé environ 200 millions de dollars en Haïti. Ce qui fait, dit-elle, de la Suisse le 6e partenaire d’Haïti.

Bilan de la stratégie de la coopération suisse 2018-2021

Suite au séisme du 14 août 2021, la Suisse a mobilisé 4 millions de dollars pour apporter une réponse d’urgence dans la péninsule du Sud d’Haïti. 2 800 bâtiments publics (écoles, centres de santé, églises) ont été évalués ; 10 réservoirs temporaires d’eau potable pour 10 000 personnes chacun ont été installés avec l’aide du Corps suisse d’aide humanitaire ; 2 700 familles ont reçu des bâches à travers les autorités locales.

Durant les trois dernières années en Haïti, la coopération suisse a touché plusieurs domaines, dont la gouvernance locale, l’emploi et le développement économique, les droits humains, la lutte contre la corruption et la culture.

Concernant la gouvernance locale, cinq communes des départements du Sud-Est, du Sud et de la Grand’Anse sont désormais dotées d’un plan communal de développement ; cinq mairies sont outillées pour mener à bien le processus de passation de marchés dans le cadre des projets en eau potable et assainissement (EPA) ; 6 systèmes d’approvisionnement en eau potable au sein de 3 communes du département du Sud-Est sont en phase finale de construction, 46 cadres d’institutions nationales, dont 10 femmes ont été formées sur la gestion intégrée des risques.

Dans leurs champs d’activités, 30 000 personnes ont été sensibilisées aux risques liés à la Covid-19 ; 750 artisans, dont 300 femmes, ont pu réaliser des activités génératrices de revenus dans la saponification et la production de plus de 27 000 masques ; 1 055 professionnels allant d’ingénieurs, architectes, techniciens de bâtiment à agents municipaux ont été formés sur les bonnes pratiques de construction.

De plus, 3 416 familles ont bénéficié d’une assistance d’urgence dans le contexte de la crise économique aiguë, de chômage et de réduction de revenus ; 500 femmes ont été formées dans les métiers de la construction ; 1 000 ménages ultra pauvres ont été intégrés dans la vie socio-économique de leur communauté en ayant reçu des transferts monétaires et des actifs productifs.



Réagir à cet article