Vol au Parlement

Le Parlement cambriolé deux fois en une semaine…

En l’espace d’une semaine, le Parlement a été cambriolé à deux reprises, a dénoncé, le jeudi 21 avril 2022, le président du tiers du Sénat, Joseph Lambert. Le sénateur, qui a pointé du doigt les agents de sécurité du Parlement en poste le jour du vol, a annoncé l’ouverture d’une enquête par la DCPJ et des sanctions contre les coupables.   

Publié le 2022-04-22 | lenouvelliste.com

Pompe à eau, téléviseurs, trois fusils de calibre 12, tels sont les objets volés au Parlement au cours de deux cambriolages en une semaine. Alors qu’une enquête était en cours pour le premier cambriolage, des individus non identifiés ont pénétré l'espace et ont volé des téléviseurs, trois fusils de calibre 12. Deux parmi ces fusils sont défectueux, a précisé Joseph Lambert, soulignant que plus de six téléviseurs dans différents bureaux des sénateurs ont été emportés.

Le président du tiers du Sénat a souligné que le site du Parlement est géré à la fois par le Sénat et la Chambre des députés avec un corps de police parlementaire administré par les deux chambres. « La gestion du corps de police parlementaire est séparée et autonome. Mais l’espace est sécurisé par les membres du corps de police des deux branches du Parlement », a expliqué Joseph Lambert.

Le premier cambriolage au cours duquel une pompe à eau et des téléviseurs ont été volés au Salon diplomatique a eu lieu dans un espace sécurisé par le corps de police parlementaire de la Chambre des députés, a souligné Joseph Lambert.  

Les premiers responsables sont les agents de sécurité du Parlement en poste le jour du cambriolage, a affirmé le président du tiers du Sénat. Il y avait neuf agents sur place lors du premier vol et neuf agents lors du second. « Ces 18 agents seront suspendus et ils seront mis à la disposition de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) pour la conduite de l’enquête », a annoncé l’élu du Sud-Est.

« Après l’enquête de la DCPJ, les receleurs seront déférés par-devant les tribunaux compétents. Ces cambriolages ont été orchestrés avec la complicité soit des employés qui dorment au Parlement, soit des policiers parlementaires », a avancé Joseph Lambert.



Réagir à cet article