Kevens Prévaris emmène la peinture haïtienne en Belgique

Installé en Belgique depuis septembre 2011, Kevens Prévaris se fraie progressivement un chemin dans le monde artistique à l'étranger et fait de son art une véritable arme de lutte sociale. Depuis le 4 février 2022 à Bruxelles, ses œuvres sont exposées aux côtés de grands maîtres comme Frank Stella et René Magritte à l’exposition « The colorful truth ».

Publié le 2022-02-09 | lenouvelliste.com

Le 4 février 2022, la galerie Impérium a inauguré l’exposition « The colorful truth ». Une exposition à travers laquelle, le curateur d’art Belge, Nathan W. Brachot met en valeur des œuvres picturales de deux artistes contemporains : le peintre haïtien Kevens Prevaris et le peintre belge, Kevin Douillez. Le commissaire d’exposition s’est engagé depuis l’année dernière à réunir ces deux créateurs dans un seul évènement artistique après avoir été subjugué par la ressemblance qui caractérise leurs travaux malgré l’adoption d’approches artistiques différentes. 

C’est d’abord le dialogue entre les couleurs puis les sentiments partagés en commun par les artistes qui ont impressionné Brachot et qu’il a voulu mettre sous les yeux. « Il est venu dans mon atelier régulièrement et a choisi les œuvres qu'il voulait exposer », a confié Kévens Prévaris à Ticket. Selon Nathan W. Brachot, « à travers leurs toiles exaltées, Douillez et Prévaris démontrent l’inaltérable puissance de la peinture spontanée et éveillée. « Gratifiés d’un talent de coloriste hors norme, ils partagent émotions, décisions et souffrances contextuelles dans un dialogue où chacun se sent voyager par la construction et la destruction de ses émotions », peut-on lire dans le catalogue. Outre ce qu’il propose de commun à travers ses toiles, le curateur d’art estime qu’il y a une dualité habitant les artistes qui se manifeste depuis le début de leur processus artistique. 

Nathan W. Brachot évoque les études sociologiques de Kevens qui est tout aussi influencé par ses origines culturelles haïtiennes quand il aborde « son sujet avec une vision déterminée et dont le message est inscrit dans une approche surréaliste ». Kevin, pour son compte, « choisit un chemin artistique dont les premiers pas innocents et introspectifs laissent la parole à une spontanéité émotive qui l’habite dans toute sa démarche », a expliqué le commissaire d’art.   

D’autres artistes du siècle précédant y sont également exposés aux côtés des deux peintres contemporains. Les œuvres de Frank Stella, peintre américain, précurseur du minimalisme, sont aussi exposées à la galerie Impérium dans le cadre de l’exposition « The Colorful Truth ». Stella est l’un des rares artistes américains se voyant organiser deux rétrospectives de ses œuvres au Museum of Modern Art. Nathan W. Brachot a également accroché des œuvres du peintre surréaliste belge, René Magritte. Exposé aux côtés de ces deux maîtres de la peinture du XXe si, Kévens croit jouir d’une opportunité bien particulière. « C’est une possibilité de voir mes œuvres dans de grandes collections », s'est-il réjoui, car les yeux des amateurs d’art, de grands collectionneurs se poseront sur mes travaux pendant qu’ils apprécient ceux des grands maîtres. Au-delà d’une assurance de visibilité, l’artiste voit également une possibilité de fidéliser une clientèle.  

L’objectif du peintre haïtien diplômé en arts visuels et de l’espace à L’ENSAV La Cambre de Bruxelles en 2014, ne se limite pas cependant à son exposition aux côtés de peintres de renom ou à la fidélisation d’une certaine clientèle, encore moins à se voir accrocher dans de grandes collections. Prévaris entend travailler à la formation et la promotion de talents haïtiens. « Je veux m’investir dans des jeunes qui sont tout aussi talentueux que moi. Continuer à implémenter les partenariats et coopération culturelles que j’avais déjà entrepris en Haïti depuis 2014 », a-t-il révélé. 

En 2004, Kevens Prevaris, avec des amis, avait créé le mouvement « Loray » pour œuvrer dans le social. En 2006, par exemple, le mouvement a accouché la structure « Grennpwonmmenen » qui organisait gratuitement des ateliers pour des jeunes dans différentes villes de province. Il voyait dans cette œuvre, une manière de rendre à la population sous forme de service, l’investissement dont l’ancien de l’École nationale des arts (ENARTS) a été bénéficiaire. 

En attendant, le natif du Limbé fait grimper la cote de la peinture haïtienne en Belgique.  Du 9 au 19 décembre 2021, Prévaris et son ami écrivain Arnaud Delcorte avaient réalisé une exposition inédite. Sans le vouloir, à en croire l’agrégé en enseignement supérieur, ses toiles ont parfaitement illustré le livre « Tjukurrpa, fragments du rêve » de Delcorte. Les deux amis se sont convenu de réaliser une exposition éponyme, qui mettra en vue la parfaite harmonie entre les deux œuvres. Une peinture de Prévaris avait aussi fait la première de couverture du roman « Le piégeur des jours » de Delcorte en 2015. 

Ce 10 février, des œuvres (une série d’acrylique sur papier) de Kevens Prévaris sont exposées pour la troisième fois à côté d’artistes modernes et contemporains à la Galerie B3 à Durbuy, la plus petite ville du monde.



Réagir à cet article