Elections

L’institution électorale abandonnée par le gouvernement depuis cinq mois

Publié le 2022-02-04 | lenouvelliste.com

Alors que le gouvernement projette d’organiser des élections à la fin de cette année, l’institution électorale est traitée en parent pauvre. « Depuis la révocation des membres du Conseil électoral provisoire à la fin du mois de septembre 2021, le gouvernement n’a décaissé même pas une gourde pour le fonctionnement de l’institution électorale qui existe et fonctionne indépendamment de la présence d’un Conseil », a confié au Nouvelliste un cadre de l’institution.

Notre contact a fait remarquer qu’il y a une différence entre l’institution électorale et un Conseil électoral provisoire constitué de neuf membres. « L’institution électorale travaille en permanence. Elle existe et fonctionne même sans la présence des conseillers électoraux. Plus d’un millier de personnes travaillent dans l’institution électorale, au siège central et dans les structures déconcentrées à travers le pays », a-t-il expliqué.

« Actuellement, l’institution électorale organise des formations sur la violence électorale; la direction des affaires juridique fonctionne. Nous sommes pratiquement tous les jours convoqués devant les tribunaux pour défendre l’institution face aux propriétaires de maisons louées par l’institution qui veulent nous expulser. Les techniciens de l’institution font des rencontres régulièrement avec des acteurs nationaux et internationaux… », a indiqué notre contact à l’institution électorale.

L’institution électorale dispose d’un compte en banque et d’un budget de fonctionnement. Cependant, il faut quelqu’un pour ordonner les dépenses. Puisqu’il n’y a pas de conseillers électoraux actuellement en fonction depuis le mois d’octobre 2021, il n’y a donc personne pour ordonner les dépenses, a expliqué au Nouvelliste notre contact.

« En l'absence des conseillers électoraux, le ministère de l’Economie et des Finances peut ordonner les dépenses de l’institution électorale. Le Premier ministre pouvait aussi nommer un ordonnateur pour l’institution électorale », a-t-il fait savoir.

Certains employés de l’institution électorale ont des arriérés de salaire de cinq mois, d’autres comme les membres des BEC et des BED ont 12 mois d’arriérés de salaire.



Réagir à cet article