Assassinat de Jovenel Moïse : Michel Martelly invite au silence ceux qui veulent brouiller les pistes

Publié le 2022-01-28 | lenouvelliste.com

L’ancien président Michel Martelly a publié une vidéo sur sa page Facebook jeudi soir pour évoquer l’assassinat de Jovenel Moïse. Dans ce clip de trois minutes, celui qui a propulsé Jovenel Moïse au-devant de la scène a expliqué son mutisme alors qu’une enquête du New York Times épingle ses proches comme des suspects potentiels dans l’assassinat du président Moïse. L’ancien locataire du Palais national a expliqué à quel point il est touché par la mort de son dauphin. « La dernière fois que je vous ai parlé, c’était au lendemain de l’assassinat de Jovenel Moise. Sa mort est un coup dur pour Haïti. C’est un coup dur pour moi. S’il y a quelqu’un qui s’identifie à Jovenel Moïse, c’est bien moi. Quand je l’avais choisi comme candidat à la présidence, nombreux sont ceux qui avaient critiqué mon choix, arguant les origines paysannes de Jovenel Moïse », a rappelé Michel J. Martelly.

Plus loin, l’ancien chef de l’Etat a justifié son silence dans le dossier de l’assassinat de Jovenel Moïse. « J’ai décidé de garder le silence devant les nombreuses tractations orchestrées. On fait de nombreuses manipulations. Moi, j'ai décidé de garder le silence. Je ne vais pas me prêter à ce jeu. Je recommande à ceux qui essaient de brouiller les pistes de laisser le soin à la justice de faire son travail », a-t-il déclaré.

Dans la foulée, Michel Martelly a laissé entendre que son attitude va être différente en 2022. « 2022 n’est pas 2021. Ne vous inquiétez pas. Vous ne me voyez pas, vous ne m’entendez pas. Mais je suis là. Je ne cesserai jamais de réfléchir pour mon pays. Tous les Haïtiens veulent le meilleur pour le pays. Nous vivons certes une crise, mais nous rêvons tous d’un lendemain meilleur. Je ne vais pas me décourager. Il faut parvenir au changement dans le pays. Nous devons nous entendre là-dessus. Il nous faut attendre pour atteindre ce changement », a-t-il exhorté.

Jovenel Moïse a été assassiné en sa résidence privée à Pèlerin dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021. En Haïti, l’enquête sur son assassinat piétine. Le juge chargé d’instruire le dossier a été écarté pour être soupçonné d’avoir reçu des pots-de-vin en vue de libérer ou annuler des mandats de suspects présumés. Deux suspects potentiels dans l’assassinat, Rodolphe Jaar et Mario Palacios Palacios, sont emprisonnés aux Etats-Unis et inculpés par la justice américaine.



Réagir à cet article