L’action des gangs aggrave l’insécurité alimentaire

Publié le 2022-01-20 | lenouvelliste.com

Il existe une corrélation entre l’insécurité et la faim qui touche plus de 4 millions de personnes dans le pays. C’est ce qu’a affirmé ce jeudi matin sur Panel Magik monseigneur Ogé Beauvoir, responsable de Food for the poor. « Face à l’insécurité, les familles vivent au jour le jour. Les commerçants ne peuvent plus se rendre dans les marchés publics situés dans les territoires contrôlés par les gangs armés. A cela, s’ajoute l’impossible circulation des biens », a soutenu le responsable de Food for the poor.

Monseigneur Beauvoir a également évoqué les difficultés de l'institution qu'il dirige à voler au secours des familles vivant dans le grand Sud à cause de la guerre des gangs qui sévit à la sortie sud de la capitale depuis le 1er juin 2021. « La seule fois où nous avons pu transporter de l’aide dans le grand Sud, c’était au lendemain du séisme du 14 août 2021. Aujourd’hui, nous ne sommes plus en mesure de le faire. Martissant devient un calvaire. Samedi dernier, nous devions envoyer 8 containers de 40 pieds là-bas, arrivés au Champ de Mars, nous avons dû rebrousser chemin. Nous avons des centres de distribution à Léogâne, à Jacmel, aux Cayes, dans la Grand'Anse que nous ne sommes pas en mesure d’approvisionner. Nous ne sommes pas en mesure d’apporter de l’assistance humanitaire aux familles vulnérables », a-t-il déploré.

Par ailleurs, monseigneur Ogé Beauvoir a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec l’ambassade de Taïwan portant sur l’octroi de 8 800 tonnes métriques de riz. « Depuis 16 ans, la République de Chine (Taïwan) fournit du riz à Food for the poor plus de 10 fois chaque année. C’est grâce à ce support que nous sommes en mesure d’aider plus de 3 millions de personnes. Taïwan est un partenaire de longue date, 16 ans, aux côtés de Food for the poor. Ce support arrive à point nommé. Sans la contribution de Taïwan, il y aurait plus de personnes vivant en situation d'insécurité alimentaire », a fait savoir monseigneur Ogé Beauvoir.

Le protocole d’accord a été signé ce jeudi 20 janvier entre monseigneur Ogé Beauvoir, directeur exécutif de Food for the poor en Haïti, et l’ambassadeur de la République de Chine (Taïwan) Wen-Jiann Ku. Le diplomate taïwanais a fait savoir que ce don de 8 800 tonnes de riz pour cette année rentre dans le cadre d’un partenariat conclu avec l’organisme humanitaire depuis 2017. « C’est un moment de partage, de générosité mais surtout de solidarité. Ce moment se traduit aujourd’hui par la signature d’un nouvel accord de don de 8 800 tonnes de riz que le gouvernement de la République de Chine (Taïwan) a décidé d’octroyer à Food for the poor Haïti pour cette année. L’année dernière, à la même période, nous avons su que l’année 2021 ne serait pas facile. Effectivement, 2021 a été une année très éprouvante pour les Haïtiens. Mais les épreuves existent pour nous tester. Nous pouvons être fiers d’avoir pu relever ensemble les défis de 2021 et nous sommes ressortis encore plus forts pour affronter ceux de 2022 », a fait savoir l’ambassadeur, qui a eu une pensée pour les couches défavorisées qui sont toujours les plus touchées par la conjoncture. « Nous savons que notre contribution est loin d’être suffisante pour résoudre tous les problèmes. Toutefois je suis convaincu qu’avec Food for the poor, notre partenaire privilégié dans la distribution de l’aide alimentaire, d’innombrables familles vont pouvoir améliorer leur quotidien et travailler pour un avenir meilleur », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Ogé Beauvoir a souligné que la relation de l'institution dont il a les commandes avec l’ambassade de Taïwan est l’expression de l’amitié et de l’amour qui lient les deux peuples. « Grâce à cette générosité, Food for the poor pourra continuer à servir régulièrement plus de 3 millions d’Haïtiens de façon régulière, via des organisations et institutions bénéficiaires qui sont ainsi réparties. Nous servons régulièrement 796 écoles, 180 orphelinats, 783 paroisses et missions, 257 organisations communautaires, 161 maisons de communauté religieuse, 293 hôpitaux, centres de santé, prisons et asiles pour personnes âgées. À cette liste s’ajoutent de nombreuses organisations que nous servons de façon ponctuelle. Point besoin de vous dire que cette aide arrive à point nommé. En 2021, nous avons constaté une augmentation d’environ 30% des demandes d’aide en nourriture que nous avons l’habitude de recevoir. Cela s’explique par la hausse du taux d’inflation, la dévaluation de la monnaie locale, de la multiplication des cas d’enlèvement, du séisme du 14 août 2021, etc », a détaillé le directeur exécutif.



Réagir à cet article