Ne gaspillons pas le carnaval 2022

Publié le 2022-01-17 | lenouvelliste.com

En 2022, après plus d’une décennie d’ingérence politique qui a dénaturé les trois jours gras, beaucoup espéraient que le carnaval allait revenir à son champ traditionnel d’activités populaires réalisées sous la supervision des mairies dans les villes où cette habitude existe, avec financement des pouvoirs publics.

C’était aller trop vite en besogne.

Le gouvernement d’Ariel Henry a annoncé comme principale décision prise pendant la retraite gouvernementale de deux jours au club Decameron, qu’à l’issue du Conseil de gouvernement, « le Premier ministre, @DrArielHenry, a décidé de la formation d’un comité de réflexion sur l’organisation du carnaval de cette année ».

Cette décision, l’une des toutes premières de l’année 2022, remet le carnaval au centre d’enjeux politiques.

Ce n’est plus de la fête populaire qu’il sera question dans les prochaines semaines mais d’affrontements entre ceux qui sont pour un carnaval avec Ariel Henry et ceux qui sont contre le carnaval d’Ariel Henry.

Malheureusement, le gouvernement Henry comme d’autres avant lui, pour des raisons que la raison ignore, risque de vouloir contrôler le carnaval, en faire une vitrine, un trophée. 

C’est ainsi que le carnaval de Port-au-Prince a été volé aux Port-au-Princiens pour aller perdre son âme en province, des fois dans des villes qui n’avaient aucune tradition de carnaval.

Ce que le chef veut, Dieu le veut, en Haïti.

Malheureusement, on a vu les résultats. Que reste-t-il des carnavals de ces dernières années ?

Rien.

Nous n’avons même pas pu lancer ou renforcer le carnaval dans quelques autres villes. Port-au-Prince a perdu. Quelle ville a gagné ? Personne ne peut le dire.

Et comme pour montrer que seule la tradition compte, pendant que le gouvernement Henry monte son comité de réflexion, Jacmel a déjà lancé son carnaval, le 16 janvier. Avec les moyens du bord et l’enthousiasme des Jacmeliens et Jacmeliennes.

Le comité gouvernemental va-t-il plancher sur la question sécuritaire, sanitaire, financière ? Va-t-il renvoyer à juillet le carnaval ? Effacer le carnaval du calendrier 2022 ?

Jour de l’an, carnaval, carême, fête du Drapeau, fêtes champêtres, championnats de football, fête des Morts, réveillon, messe de Noël et autres rendez-vous établis, les gouvernements devraient éviter de les polluer en essayant de se les approprier. 

Financer, sécuriser, accompagner, oui, mais de grâce, ne collez pas vos maladroites étiquettes sur les seuls moments qui réunissent encore les Haïtiens.



Réagir à cet article