Rodolphe Jaar, un autre suspect clé dans l’assassinat du président Jovenel Moïse, arrêté

Publié le 2022-01-10 | lenouvelliste.com

Rodolphe Jaar, alias « Dodof », trafiquant de drogue condamné aux USA, informateur de la DEA, recherché par la justice pour son implication présumée dans l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet dernier, a été arrêté vendredi 7 janvier 2022.                            

Le rapport de 124 pages de la police judiciaire remis au parquet de Port-au-Prince présente Jaar comme étant un acteur central du complot d'assassinat, abritant les Colombiens, mettant à leur disposition des véhicules et des armes à son domicile quelques jours avant le forfait. Le rapport soutient aussi que Jaar avait été en contact avec Cinéus Francis Alexis dont le téléphone portable émettait depuis Pétion-Ville à 2h04, la matinée de l'attaque et plus tard à proximité du Palais National.                                                              

 Selon le Miami Herald, un mois avant l'assassinat du président Moïse, Jaar aurait fait partie d'un groupe d'hommes, dont deux Floridiens du Sud, qui se sont présentés à une réunion étrange pour discuter d'un plan élaboré du gouvernement américain visant à démanteler les responsables du gouvernement haïtien du trafic de drogue en utilisant des agents du FBI et de la DEA. Dans le cadre de ce plan, le groupe a déclaré que 34 hommes d'affaires et responsables gouvernementaux haïtiens impliqués dans le trafic de drogue et le blanchiment d'argent seraient arrêtés. Le plan était bidon mais a contribué à préfigurer la mort de Moïse. Presque tous ceux qui ont assisté à la réunion sont soit détenus par les autorités haïtiennes, soit recherchés par ces dernières.                                    

Rodolphe Jaar faisait partie d'une liste d’au moins sept personnes pour lesquelles la Police nationale d'Haïti avait publié des avis de recherche. Parmi les autres qui restent en fuite, il y a Cinéus Francis Alexis, Ashkard Pierre, un ancien diplomate ; l'ancien sénateur haïtien John Joël Joseph, dont le nom sur les documents de voyage est écrit comme Joseph Joël John, et Joseph Felix Badio, un ancien consultant au ministère haïtien de la Justice et un fonctionnaire de l'unité anti-corruption du gouvernement. 

« Pendant plus d'une décennie, Jaar a été un important trafiquant de drogue haïtien, faisant entrer en contrebande au moins sept tonnes de cocaïne colombienne en Haïti, entre 1998 et 2012, selon les archives judiciaires américaines. La plupart des cargaisons de stupéfiants étaient destinées aux États-Unis. Après une arrestation pour drogue, il est devenu un informateur de la DEA, mais a doublé l'agence lorsqu'il a secrètement volé une partie d'un chargement de 420 kilos de cocaïne en 2012 tout en informant les agents fédéraux de l'accord afin qu'ils puissent saisir le reste et poursuivre son co-conspirateurs. Il a ensuite plaidé coupable d'avoir volé le chargement, d'une valeur d'environ 1 million de dollars, et a été condamné en 2013. Il a été libéré en 2016 et expulsé vers Haïti, où il est resté discret jusqu'à ce que son nom refasse surface dans l'enquête sur l'assassinat », a indiqué le Miami Herald. 

L’arrestation de Jaar est intervenue six mois après qu’un commando utilisant des drones et des grenades à main avait fait irruption dans la résidence du couple présidentiel, prétendant être en opération pour la Drug Enforcement Administration (DEA). Après cette incursion, le président Jovenel Moïse, abandonné par sa garde rapprochée, est retrouvé mort dans sa chambre, abattu de 12 balles, selon un rapport d'autopsie. Sa femme, Martine, blessée par balle, a survécu à l’attaque. 

Quelque quarante suspects sont sous le contrôle de la justice dans le cadre d’une instruction qui n’avance pas, selon le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH). Mais le coup de filet du FBI et du département de la sécurité intérieure ayant permis d’appréhender Mario Antonio Palacios Palacios, qui a fait des déclarations volontaires aux autorités américaines, devrait faire bouger des lignes.

L’arrestation de Rodolphe Jaar est intervenue peu après l’interpellation à Panama de Mario Antonio Palacios Palacios.  

Roberson Alphonse avec Miami Herald

Auteur


Réagir à cet article