Richard Pierrin, un regard curieux derrière la caméra

Richard Pierrin, 20 ans, et ses photos cartonnent déjà sur AFP, Washington Post, New York Times, France 24, Le Monde… L’acuité de son regard et son amour de reporter guident ses prises et lui ouvrent le chemin du succès.

Publié le 2022-01-11 | lenouvelliste.com

On est le 6 juillet 2020. Il est environ 10 heures du matin. Des gens se rassemblent devant le ministère de la Justice et de la Sécurité publique. Ils dénoncent les crimes organisés, l’impunité et la corruption. « C’est ce jour-là que j’ai pris mes premières photos en tant que photojournaliste », se rappelle Richard Pierrin. Le jeune homme de 19 ans alors vient de découvrir un autre univers. Des photos, il savait en prendre, mais pour ce qui est de reporter l’actualité à partir de clichés, le photographe était à son premier essai. Il s’est fié à son sens aigu du détail et a suivi minutieusement les pas de ses confrères. Ses premières photos, il les a réalisées pour l’agence en ligne Haïti Info Pro, et c’est le réputé Chery Dieu-Nalio qui lui avait déniché ce premier emploi.

Cap sur 2021. Le 15 août 2021, une intempérie est annoncée sur le Grand Sud qui, un jour avant, a croulé sous un séisme de magnitude 7.2. Caméra en main, Pierrin sillonne la ville des Cayes, chef-lieu du département du Sud ; il flashe les maux du peuple sinistré. À ce moment, il est déjà pigiste pour Getty Images, l'une des plus grandes agences de photographie dans le monde. Le photographe immortalise l’effroyable : une vieille dame, toute trempée sous une pluie incessante, en pleurs dans la rue pendant la nuit. Ses compagnons émus, l’air figé, la regardent impuissamment ; l’image est poignante et suscite une vague d’émois sur la toile. Une semaine plus tard, Pierrin a été approché par l'Agence France Presse. Il s'est engagé avec cette agence d'information globale à travers laquelle ses photos gagnent les couvertures de grands quotidiens français comme France 24, Le Monde ou encore des plus influents journaux américains tels que Washington Post, New York Times. 
 
Un peu plus d’un an après son changement de direction, le jeune homme devient un des photojournalistes les plus affûtés de la presse haïtienne. Et cela, il le doit à son sens d’observation, son amour pour le métier et surtout son goût de l’aventure. Ses parents avaient pourtant vu en lui un ingénieur civil. Mais c’était sans compter sur la force de la passion, car Monsieur n’a pas eu besoin d’une orientation particulière. Son premier formateur a été YouTube avant qu’Instagram ne se mêle de la partie. S’il a mis en avant son côté autodidacte, le professionnel a manifesté sa reconnaissance envers des journalistes comme Jean Marc Hervé Abélard, Junior Augustin qui l’ont introduit au photojournalisme.   
   
Deuxième lauréat de la première édition du Concours National de Photographie de Presse en Haïti, organisé par l’agence Wellcom Haïti en partenariat avec le Kolektif 2 Dimansyon (K2D) et l’Union européenne, Richard Pierrin est ambitieux pour 2022. Il ne veut pas se limiter à photographier l’actualité. Il envisage de travailler sur des sujets de société qui pourront tout aussi servir la postérité.



Réagir à cet article