Panos Caraïbes : une lutte continue contre le VIH/SIDA en Haïti

Panos Caraïbes, l'une des organisations les plus impliquées dans la lutte contre le VIH/SIDA en Haïti s'engage dans une campagne de sensibilisation intense baptisée : E=E, endetektab = entransmisib. Ainsi les personnes qui sont indétectables grâce à la prise régulière des médicaments antirétroviraux ne peuvent pas transmettre la maladie.

Publié le 2021-12-28 | lenouvelliste.com

Durant ces 20 dernières années, la lutte contre le VIH/SIDA a fait un bond spectaculaire rapprochant Haïti de l'objectif mondial de mettre fin au VIH/SIDA d'ici à 2030. Crises sociopolitiques et baisse de l'aide externe, il y a plus de cinq ans depuis que les campagnes de sensibilisation au VIH/SIDA se font de plus en plus rares.
Parallèlement, le monde scientifique est en train de faire des avancées spectaculaires dans la prise en charge du VIH/SIDA.

C'est dans cette optique que l'institution Panos Caraïbes, qui gère un programme de lutte contre le VIH/SIDA pour le ministère de la Santé publique et de la Population, s'engage dans une campagne intitulée : «E=E, endetektab=entransmisib».

Le Dr Emmanuel Bélimaire, directeur du programme VIH/SIDA à l'Institut Panos Caraïbes décrit cette campagne comme «un moyen de parler à la fois aux personnes vivant avec le VIH/SIDA et la communauté qui, souvent, les stigmatise.»

Au final, poursuit le Dr Emmanuel Belimaire, tout le monde est gagnant. « Les patients doivent savoir désormais que s'ils prennent régulièrement les médicaments ARV, le virus sera indétectable à l'examen du sang, ils pourront vivre longtemps en bonne santé. La communauté n'a pas intérêt à stigmatiser ces patients; à travers la campagne de sensibilisation, on explique aux gens qu'il faut encourager les PVVIH à prendre leurs médicaments régulièrement, comme ça ils ne pourront pas transmettre la maladie, et tout le monde sera protégé. »

S'agissant du Panos Caraïbes, la lutte contre le VIH/SIDA consiste à aller à la rencontre de patients dans les différents sites, travailler avec les pairs éducateurs, renforcer les organisations de PVVIH dans la lutte contre la stigmatisation, selon le Dr Emmanuel Belimaire, qui a souligné, au passage, que le Panos Caraïbes compte préférentiellement sur les PVVIH afin de mener à bien sa mission.

Au-delà des PVVIH, le Panos Caraïbes cible les organisations de la société civile afin de les impliquer dans la lutte contre le VIH/SIDA. « Les publicités qu'on donne dans les médias visent à faire comprendre aux gens que le VIH/SIDA n'est plus cette menace qu'il y a 40 ans. Aujourd'hui, on peut vivre avec la maladie sans pouvoir la transmettre, donc il n'y a aucune raison de stigmatiser une PVVIH », a précisé le Dr Emmanuel Belimaire, directeur du programme VIH/SIDA à Panos Caraïbes.

Plus loin, M. Bélimaire a dit avoir travaillé avec beaucoup de professionnels de santé et d'organisations médicales en vue d'assurer que le volet sensibilisation au VIH/SIDA ne soit laissé de côté dans le travail quotidien de ces professionnels.

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé publique et de la Population, environ 150 000 personnes vivent avec le VIH/SIDA en Haïti actuellement; 128 000 sont sous traitement et la prévalence se situe autour de 2%.
Ce sont des avancées considérables qui indiquent que la lutte doit continuer au-delà des commémorations chaque premier décembre.



Réagir à cet article