La Soupe joumou, une fierté haïtienne

L'UNESCO a fait entrer dans le patrimoine culturel immatériel de l'humanité, le jeudi 16 décembre 2021, lors de la 16e session intergouvernementale, la soupe Joumou. Une bonne nouvelle pour tous les fils et filles d'Haïti, quel que soit l'endroit où ils se trouvent. Par cette grande décision au niveau de la plus haute sphère des Nations unies, notre Soupe joumou, une fierté nationale, jouit désormais d'une reconnaissance mondiale.

Publié le 2021-12-17 | lenouvelliste.com

Le jeudi 16 décembre 2021 est historique. C'est la date à laquelle l'organe de l'évaluation de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a fait adopter l’inscription de la « Soup joumou » sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La soupe traditionnelle de la cuisine haïtienne comme patrimoine de l'humanité a été quasiment adoptée à l'unanimité à la 16e session intergouvernementale de cette organisation internationale septuagénaire. A la suite de la décision classant ce mets hautement historique au patrimoine culturel immatériel de l'humanité, l'ambassadeur d'Haïti auprès de l'UNESCO, Dominique Dupuy, n'a pas caché sa joie. Le diplomate a sauté au plafond et laissé parler son cœur.

« J’aimerais exprimer avec grande émotion ma reconnaissance envers tous les États-membres de l’UNESCO, les amis d’Haïti, pour leur solidarité sans équivoque, ainsi que celle du secrétariat et de la direction générale... Cette inscription de la Soup joumou, à ce sombre moment de notre parcours de peuple, à la clôture d’une année des plus éprouvantes, est un nouveau flambeau qui saura raviver nos élans solidaires, et notre foi dans des lendemains meilleurs. Haïti dit merci à l’UNESCO ! L’humanité dit merci à l’UNESCO ! Ayibobo ! », s'est exulté Dominique Dupuy, dans son intervention.

La Soupe joumou traine une longue histoire derrière elle. Cette soupe réalisée avec du giraumon, une espèce de courge proche du potiron tient « une dimension historique, une portée universelle incontestable ». « Réservée aux colons et interdite aux esclaves, considérés comme des biens meubles, la consommation de la soupe joumou le 1er janvier 1804 par les esclaves constitue un symbole fort de liberté, de rupture avec la traite transatlantique des esclaves qui a duré plus de 400 ans».

L'inscription officiellement de ce savoir-faire, en mars dernier, sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité auprès de l’UNESCO dans le cadre de la Convention de 2003 a constitué une grande première pour le peuple haïtien. Plusieurs personnalités politiques et universitaires, des médias locaux, dont Le Nouvelliste, avait salué cette candidature historique.

Dans son éditorial du 25 mars 2021, titré « Soup joumou nan batay», le rédacteur en chef du Nouvelliste, Frantz Duval, a attiré l'attention sur les différentes variétés de cette soupe qui augmente l'appetit, à travers les ans. « Ceux qui sont d’un certain âge ont dû connaître la “soup joumou” avec du giraumon, bien entendu, mais aussi de la banane, des pommes de terre, beaucoup de choux, des carottes, des navets... Un peu plus tard, la banane a disparu. Le pain a pris sa place. Et vermicelle, macaroni et spaghetti ont été introduits dans la recette. Il existe des “soup joumou” aujourd’hui qui sont un prétexte pour manger des pâtes : giraumon-viande-spaghetti-macaroni », a écrit Frantz Duval.

Dans son papier « La soupe joumou, un patrimoine culturel immatériel qui commémore l’abolition de l’esclavage» du 31 mars 2021, le journaliste Worlgenson Noël, pour sa part, a écrit ceci: « L’indépendance d’Haïti constitue la première décolonisation avérée d’un territoire autochtone. Elle a un caractère universel en raison notamment de sa conception d’un État ouvert aux assujettis du monde entier à la recherche d’un refuge. Autrement dit, c’est la révolution haïtienne qui a donné un sens à la notion de la dignité de la personne humaine comme dimension ontologique des droits de l’homme. Elle est unique...» Citant l’ethnologue Ricarson Dorcé, il a ajouté: « La soupe joumou est en continuité historique avec cette tradition révolutionnaire ».



Réagir à cet article