Artisanat en fête : l’ONART entend insuffler l’amour de l’artisanat aux enfants

Pour s’assurer du renouvellement des créations merveilleuses exposées à la 15e édition d’Artisanat en fête ce 11 et 12 décembre, l’ONART s’est attelé, une fois de plus cette année, à une transmission de savoir-faire aux enfants.

Publié le 2021-12-13 | lenouvelliste.com

Ses mains, fermes, habiles, tranchent l’argile qui ne pose aucun signe de résistance. Youri Jean manœuvre la terre glaise pour confectionner son petit bateau. Il suit avec rigueur et méthode le modèle que lui ont dressé les moniteurs. Il a déjà façonné un pilon et son mortier, un panier, un sceau d’eau. Il travaille l’argile pour la première fois ; c’est aussi sa première fois à Artisanat en fête. La tente du ministère des Affaires sociales et du Travail qui soutient l’animation de cet atelier de l’ONART, bourdonne d’activités. D’autres enfants comme Youri manipulent l’argile, s’adonnent à la poterie, confectionnent des bijoux… L’atelier a aussi proposé le macramé et la fabrication de fanaux. Chaque œuvre fabriquée devient automatiquement la propriété de son confectionneur qui a le droit de l’emporter avec lui.

L’animation de cet atelier est devenue une tradition à Artisanat en fête depuis 2013. « Depuis la 6e édition, grâce à Max Chauvet et Frantz Duval nous avons pu intégrer cette activité dans la foire », a déclaré Rony François, directeur de l’ONART. « L’objectif est d’établir un premier contact entre les enfants et l’artisanat, développer en eux l’esprit de création, sans avoir la prétention de tout leur inculquer », a-t-il énoncé. Et, pour ce faire, les moniteurs adoptent la méthode de la main à la patte. « L’enfant réalise ce qu’il a envie de faire, le moniteur l’encadre en fonction de son goût », a précisé le directeur.

L’atelier est animé par 4 artisans qui font office de moniteur. Ils orientent les enfants dans quatre domaines artistiques différents. L’apprentissage de la fabrication des fanaux a été ajouté cette année. « Il disparaît progressivement de notre tradition. A cette période de fin d’année, à l’époque de ma tendre enfance, les enfants couraient les rues après les vacances, fanal allumé en mains. Nous nous sommes convenu de l’intégrer cette année à l’atelier, espérant que ce feu traditionnel se rallumera dans nos rues », a souhaité le directeur.

Par ailleurs, les moniteurs regrettent l’absence des écoliers qui sont généralement en grand nombre à Artisanat en fête. L’insécurité a contraint les écoles du grand Sud à rester dans leur retranchement. « D’habitude, ils marquent cette foire par leur présence et leur absence a été très vite remarquée. D’autant plus que ces élèves sont assez dynamiques. L’habilité que certains ont acquis dans la manipulation de la pâte à modeler leur est d’une grande utilité surtout dans le travail de l’argile », a ajouté un des moniteurs.



Réagir à cet article