Louis Irferlie : Traverser Martissant pour l’amour de l’artisanat

Elle est déjà à sa treizième participation à Artisanat en fête et la montée exceptionnelle de l’insécurité à l'entrée sud de la capitale, est loin de dissuader Louis Irferlie, couturière, de marquer son nom à la 15e édition. Pour éviter l'effet de surprise de Martissant, elle a laissé depuis une semaine Petite-Goâve pour s’installer dans la capitale avec ses produits en attendant la tenue de la foire.

Publié le 2021-12-09 | lenouvelliste.com

« Tout est fin prêt ! », lâche la native de la région des Palmes, la voix remplie de joie, « un artisan est toujours prêt », a-t-elle assuré. « J’ai quitté Petit-Goȃve depuis jeudi pour éviter l'effet de surprise que donne Martissant habituellement », a-t-elle précisé. Les conseils de parents, d’amis et mêmes de ses élèves n’ont pas pu la détourner. Elle s’est installée chez ses fils qui ont quitté leur région d’enfance pour des études. « J’attends impatiemment le samedi 11 décembre » a-t-elle confié.  

Louis Irferlie travaille la toile et le fil depuis 1981. Elle revient à cette 15e édition avec sa couture, sa broderie et son crochet. « Les mêmes produits artisanaux depuis 13 ans, mais avec beaucoup de modifications », surtout dans les robes Karabella, les nappes et les robes pour enfants.

Celle qui a lié connaissance avec sa profession de cœur à la petite école de la missionnaire madame Alfred Hatman de l’église Wesleyenne de Petit-Goȃve n’espère pas avoir de trop grandes rentrées à Artisanat en fête cette année à cause de l'insécurité qui empêche la diaspora de rentrer et qui a contraint une partie de sa clientèle à quitter le pays. Elle est là surtout pour sortir du cadre restreint dans lequel l’insécurité l’a enfermée. La couturière voit dans cette foire artisanale l’un des rares événements qui réunit tous les artisans du pays. Elle dit être là pour rencontrer ses vieux amis du secteur, ceux surtout qu’elle a la chance de ne voir qu’une seule fois l’an. « Pas question de rater cette occasion. Je ne vais pas laisser l’insécurité ou Martissant m’empêcher de vivre un tel évènement. Ils m’ont déjà trop pris », a-t-elle lâché.   

De ses 13 ans de participation, Louis Irferlie a confié ce qu’elle est parvenue à tirer le plus de la foire artisanale. « J’ai eu de mon temps à Artisanat en fête un réseau de clients. J’ai des clients qui me contactent depuis 13 ans. Pensant qu’il n’allait pas trouver ce qu’ils ont vu dans mon exposition, ils ont gardé mes coordonnées et me rappellent incessamment pour placer des commandes », se réjouit-elle.     

La 15e édition d'Artisanat en fête est prévue pour les 11 et 12 décembre 2021.



Réagir à cet article