Claude Joseph : «La Colombie n’exigera pas des autorités jamaïcaines le rapatriement de Mario Palacios Palacios»

L’ancien ministre des Affaires étrangères et des Cultes, Claude Joseph, a révélé une promesse de la vice-présidente de la Colombie qui n’exigera pas du gouvernement Jamaïcain l’extradition de Mario Palacios Palacios, l’un des principaux suspects dans l’assassinat du président Jovenel Moïse, assassiné le 7 juillet 2021. Mario Palacios Palacios a été arrêté au début du mois d’octobre en Jamaïque.

Publié le 2021-12-03 | lenouvelliste.com

L’ancien chancelier haïtien, dans un live diffusé sur différentes plateformes, notamment sur sa page Facebook, a fait des révélations sur les résultats obtenus lors de ses différentes rencontres avec des autorités de la Colombie et de la Jamaïque relativement à une éventuelle extradition de Palacios Palacios en Haïti. « J’ai obtenu de la vice-présidente de la Colombie qu’il ne vont pas demander à la Jamaïque le transfert de Palacios Palacios en Colombie » a fait savoir Claude Joseph. « J’ai été déplacé à la rencontre de la ministre des Affaires étrangères de la Jamaïque. Nous avons échangé beaucoup de documents pour le transfert de Palacios Palacios en Haïti pour répondre aux questions de la justice » a-t-il ajouté. « Il revient à l’Etat haïtien d’assurer le suivi nécessaire pour le transfert de Palacios Palacios en Haïti », a-t-il insisté.

Claude Joseph est revenu sur l’arrestation en Turquie le 15 novembre dernier de Samir Handal, un autre suspect dans l’assassinat de Jovenel Moïse. L’ancien locataire de la Primature dit avoir déjà entrepris les « démarches normales » relatives à l’extradition de l’homme d’affaires en Haïti. « Nous avons une échéance pour avoir cette extradition. J’espère que le gouvernement en place s’inscrira dans la continuité de mes travaux afin que l’on parvienne à trouver Samir Handal. Il répondra aux questions de la justice. S’il est innocent, il sera relâché », a déclaré Claude Joseph.

 L’ex-membre du gouvernement d’Ariel Henry a annoncé officiellement son opposition à ses anciens collaborateurs. Claude Joseph a déclaré vouloir combler le vide laissé par la majorité des partis politiques qui étaient dans l’opposition, « non pas pour faire échec à un gouvernement mais pour aider le pays, aider les jeunes, pour sortir le pays de cette impasse dans laquelle elle se trouve depuis bien longtemps », soulignant que l’opposition est l’un des éléments essentiels de la démocratie.

 Claude Joseph a été ministre des Affaires étrangères et des Cultes sous l’administration de Jovenel Moïse avant d’occuper le fauteuil de Premier ministre ad intérim pendant 3 mois après la démission de Joseph Jouthe. Il a gardé le portefeuille du MAEC dans le gouvernement d’Ariel Henry. 

Claude Joseph est l’un des ministres qui a fait les frais du récent remaniement ministériel du chef de la primature.

                                                                                 



Réagir à cet article