L'ex-ministre Nader Joiséus critique la gestion du Premier ministre Ariel Henry

L’ex-ministre des Travaux publics, Transports et Communications (MTPTC) du président Jovenel Moïse, l’ingénieur Nader Joiséus, n’est pas allé par quatre chemins pour critiquer la gestion du Premier ministre Ariel Henry, qui, a-t-il affirmé, ne respecte pas les idéaux du président Jovenel Moïse. « Nous sommes très inquiets », a déclaré l’ex-ministre qui intervenait, le samedi 27 novembre 2021, à Panel Magik à propos du remaniement ministériel  rendu public mercredi dernier. 

Publié le 2021-11-30 | lenouvelliste.com

« Nous sommes très  inquiets. Mais nous suivons la situation ! Nous sommes inquiets par rapport à certains ministres qui ont été nommés, ce qui nous prouve d’ailleurs que l’idéal du président Jovenel Moïse ne sera pas respecté, ni la feuille de route qu’il avait donnée au PM Ariel Henry », a confié l’ex-ministre, qui maintient qu’aucun proche de Jovenel Moïse n'a été invité à faire partie de ce gouvernement. 

Pour l’ingénieur Joiséus, l'énergie, un des projets phares portés par le président assassiné en sa résidence par un commando armé le 7 juillet dernier, est relégué au second plan. « Actuellement à Port-au-Prince, nous avons les moyens de fournir dix-huit heures d'électricité par jour. Mais on ne le fournit pas, peut-être parce que l’on ne veut pas accorder le crédit au président Jovenel Moïse ou parce que l’on ne veut pas montrer que la promesse du président de fournir le courant 24/24 est en passe de devenir réalité. Nous avions réparé tous les moteurs et acheté toutes les pièces », a avancé l’ex-ministre, qui a rappelé que la veille de sa mort, le président était en réunion avec lui pour préparer l’inauguration d’une centrale électrique. 

Pour l’heure, les membres du « Rassemblement des jovenélistes pour la démocratie », une structure fondée le 15 septembre 2021, se mobilisent pacifiquement pour réclamer justice pour le feu président et immortaliser les idées de l'ex-chef de l'État. « Nous ferons tout ce que nous pouvons pour que la feuille de route du président soit respectée», a martelé l’ingénieur Nader Joiséus, qui s'est retenu de dire si oui ou non la structure des jovenélistes allait se muer en parti politique en prévision des prochaines élections. 



Réagir à cet article