« Haïti doit sauver le premier évènement de littératures créoles de la Caraïbe »

Publié le 2021-11-25 | lenouvelliste.com

La troisième édition du Festival Entènasyonal Literati kreyòl (FEI) se déroule du 1er au 5 décembre 2021 à Port-au-Prince et à Saint-Marc. Les organisateurs de cet évènement unique qui souligne la richesse et la diversité de la littérature créole proposent une programmation intéressante en mode hybride. L’écrivain haïtien Lyonel Trouillot  est l’invité d’honneur de cette troisième édition de FEL qui se déroule autour du thème « Literati nan konstriksyon moun ». Jude Duranty, écrivain martiniquais, et Ena Eluther, écrivaine guadeloupéenne, sont les invités spéciaux.

La programmation riche et diversifiée propose aux amateurs de la littérature une quinzaine d’activités  ; des lectures théâtrales, des conférences, des expositions, des ateliers, des concerts de musique, des lectures jeunesse et des rencontres. Comme chaque année, le festival est toujours un espace de rencontre. Un espace de rencontre parce que la littérature contribue indéniablement à la transmission des savoirs, au développement du leadership de demain et au rayonnement de nos cultures.

 Pendant cinq jours, le grand public et les professionnels du livre sont invités à renouer avec la littérature créole et la diversité de la culture caribéenne.

À quelques semaines, à peine du déroulement de cette belle fête littéraire mobilisant écrivains haïtiens et écrivains étrangers (dont Martinique, Guadeloupe…), FEL, par la voix de son président, le poète et créoliste Jean-Baptiste Anivince lance un appel à l’Etat haïtien et au secteur privé à apporter leur soutien à la réalisation de cet évènement qu’il considère comme un cadeau de la jeunesse haïtienne aux communautés créolophones du monde. « Haïti doit sauver le premier évènement de littératures créoles de la Caraïbe pas uniquement parce que notre pays possède plus de 60% de la population créolophone de la Caraïbe et développe l’une des plus florissantes des littératures de langue créole, mais aussi et surtout parce qu’Haïti a une responsabilité historique et morale envers la langue créole, son développement et son rayonnement à travers le monde ».

L’invité d’honneur

Lyonel Trouillot est l’un des plus importants écrivains haïtiens engagés. Il n’a fallu que le roman « Les Fous de Saint-Antoine » (Editions Deschamps, 1989) pour faire de Lyonel Trouillot l’un des écrivains haïtiens les plus influents de la littérature haïtienne contemporaine. Lyonel Trouillot le mérite. Il a fait de la littérature un combat. Un combat pour dénoncer les inégalités sociales, l’exploitation et la violence. Son œuvre est à la fois très intellectuelle et profondément ancrée dans la réalité sociale, comme s’il y a un mystère à percer et un secret à révéler, que seule la littérature serait en mesure d’assumer.

Passionné de littérature depuis son plus jeune âge, il a collaboré à différents journaux et revues d’Haïti et de la diaspora dans lesquels il a publié de nombreux poèmes et textes critiques.  Professeur de littérature, journaliste, Lyonel Trouillot a ecrit une vingtaine de livres, dont « Yanvalou pour Charlie » (Actes Sud, 2009), « La belle amour humaine »  (Actes Sud, 2011), « Parabole du failli » (Actes Sud, 2013), « Kannjawou » (Actes Sud, 2016), « Agase lesperans » (en créole) (Port-au-Prince: C3 Éditions, 2016), « Ne m’appelle pas Capitaine » ( Arles: Actes Sud, 2018) « Antoine des Gommiers » (Actes Sud, 2021)

Notons que l'OMDAC (Organisation martiniquaise pour le développement de l’art et de la culture) la Fondation Maurice Sixto sont les partenaires de ce festival dès son lancement en décembre 2019.     



Réagir à cet article