La CNDDR entend prouver qu’elle a acheminé des rapports aux autorités du pays

Jean Rebel Dorcénat, membre de la Commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion, a annoncé que les membres de cette structure ont prévu de rendre publics les accusés de réception des rapports produits par ladite commission et qui ont été transmis aux autorités compétentes du pays.  Il a fait l’annonce sur Magik 9 le mercredi 24 novembre à la suite de la déclaration du directeur du  Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, soulignant que la  Commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion (CNDDR) n’a produit aucun rapport sur les  gens qui vendent et importent des armes en Haïti.

Publié le 2021-11-24 | lenouvelliste.com

Jean Rebel Dorcénat, membre de la Commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion, veut sauver l’honneur du groupe affirmant que cette structure joue son rôle à la perfection. «Dès notre installation, nous avons fait une évaluation de la situation. Nous avons l’engagement de soumettre un rapport chaque trimestre. Nous le faisons chaque mois ou tous les deux mois sans les moyens adéquats ; nous travaillons avec nos propres moyens pour produire ces rapports », s’est-il plaint.

« Nous travaillons avec les moyens du bord mais malgré tout, les rapports sont acheminés à toutes les autorités du pays », a poursuivi M. Dorcénat, qui a affirmé que les autorités étaient au courant que l’évasion allait avoir lieu à la prison de Croix-des-Bouquets quatre mois avant le déroulement des faits. «Nous leur avons demandé de prendre des dispositions pour sécuriser ce centre carcéral. Nous leur avons expliqué la procédure à adopter. Nous avons également  fourni des stratégies indiquant comment gérer la communication au sein de cette prison », a rapporté M. Dorcénat.

 «Nous avions produit un rapport sur la quantité de groupes armés enregistrés dans le pays. 95 ont été enregistrés.  76 sont actifs. Le reste est partagé entre la politique et les gangs qui travaillent à la solde du secteur privé, a dit Jean Rebel Dorcenat. En outre, il a précisé que la CNDDR a établi un plan d’action.

«Nous autres, de la CNDDR, avons prévu de nous réunir pour nous concerter afin de rendre publics les accusés de réception des rapports produits par la CNDDR, transmis à plusieurs institutions du pays, notamment la Primature, notre institution de tutelle», a annoncé M. Dorcénat, qui, sans citer de nom, a dénoncé des autorités de la Primature qui tenteraient d’influencer les travaux de la commission.



Réagir à cet article