Les villages de Dieu d'Emmelie Prophète, Prix Fetkann 2021

Publié le 2021-11-24 | lenouvelliste.com

Pour sa 18e édition, le prix Fetkann/Maryse Condé, a dévoilé ses lauréats, pour les différents thèmes, mémoire, recherche, jeunesse et poésie. Les villages de Dieu d'Emmelie Prophète est lauréat dans la catégorie Mémoire du 18e prix Fetkann, Maryse Condé, « mémoire des pays du sud, mémoire de l'humanité». Créé par José Pentoscrope, président du CIFORDOM, il intervient dans le cadre de l’application de la loi Taubira du 10 mai 2001 qui reconnaît la traite négrière et l’esclavage comme crimes contre l’humanité.

Dans son allocution, la romancière a remercié les membres du jury du Prix Fètkann/Mémoire des pays du Sud/Mémoire pour l’humanité, pour l’honneur qu’ils ont fait à son livre « Les Villages de Dieu »

« Beaucoup de livres paraissent chaque année, parmi lesquels d’excellents qui racontent des moments de vie, nous font connaitre des lieux improbables, découvrir des présences proches et lointaines, changent nos regards, notre façon d’habiter le monde ; et des prix littéraires, comme Fètkann, ont la vertu d’attirer notre attention sur certains d’entre eux. Il y a beaucoup de bons livres et pas assez de prix. C’est un privilège énorme d’en recevoir un », a indiqué Emmelie Prophète.

Pour l’auteure de « L’impasse dignité », ce prix est non seulement un privilège, mais aussi une fierté. Une fierté parce que cette année, c’est le nom d’une autre grande dame de la Caraïbe qui y est associé: madame Christiane Taubira. «  C’est un prix  avec un bel ancrage caribéen, ce lieu du Tout monde, son histoire douloureuse, ses espoirs, sa diversité. C’est aussi un prix associé au nom d’une immense écrivaine : Maryse Condé. »

Joie. Émotion. Dans ce poignant discours, Emmelie Prophète fait l’éloge de la parole esthétique : « C’est sur l’oubli que les diffuseurs et soutien de ces idéologies mortifères tablent. Il faut amplifier le partage de la vérité, dire le monde tel qu’il fut, tel qu’il est, comment des milliers d’hommes et de femmes ont, pendant plusieurs siècles, été esclavisés et comment ce crime a transformé des millions de destins. » « De poursuivre : "Les livres nous racontent, racontent une époque pleine de hontes, mais aussi d’espoirs. Célia, le personnage principal de « Les Villages de Dieu », qui reçoit aujourd’hui le prix Fètkann, Mémoire du Sud/Mémoire de l’humanité, raconte une ville de Port-au-Prince livrée à ses démons,  oubliée, objet de manipulations de consuls modernes, de responsables et de citoyens pas toujours au rendez-vous avec le devoir, mais aussi de gens qui n’ont pas dit leur dernier mot, qui refusent de capituler. »

Le jury du prix Fètkann/Maryse Condé salue « un récit poignant ». « Emmelie Prophète dresse un portrait sans fard de la vie à Port au Prince où la violence, la drogue, l’alcool, le viol, la prostitution et la mort sont le lot quotidien de la jeunesse. Un espoir existe malgré tout. Souvent porté par les femmes. Un récit poignant », commente les membres jurys.

« Le prix littéraire Fètkann/Maryse Condé est un prix en faveur du travail et du devoir de mémoire ; il défend la dignité humaine. Sa visée est favorable au renforcement de la cohésion sociale car face à des événements historiques tragiques, toutes les communautés, quelles que soient leur origine, leur culture, leur religion, doivent bénéficier de la même marque de respect et de reconnaissance. Le prix littéraire Fètkann/Maryse Condé identifie et regroupe chaque année les travaux récents réalisés en faveur du devoir de mémoire. Cette démarche vise à faciliter l’accès aux jeunes et au plus grand nombre à la connaissance de ces faits. La connaissance est un moyen efficace pour éviter que les pires scénarios ne se reproduisent », lit-on sur le site de l’association.

Née à Port-au-Prince, Emmelie Prophète est romancière, poète et journaliste. Son premier roman, Le testament des solitudes, lui a valu le Grand prix littéraire de l’Association des écrivains de langue française (ADELF), (2009).



Réagir à cet article