Séisme du 14 août : la commune de Beaumont au bord de l’asphyxie

Commune de l’arrondissement de Corail dans le département de la Grand’Anse, Beaumont a entièrement la tête sous l’eau. Fortement touchée par le tremblement de terre du 14 août dernier, elle a subi de plein fouet la tempête Grace. La rareté de carburants lui a finalement donné le coup de grâce. L’État y brille par son absence ; aucune présence policière n’est remarquée. Jacquet Kersaint, agent exécutif intérimaire de la commune, craint le pire à Beaumont.

Publié le 2021-11-22 | lenouvelliste.com

Plus de quatre mois après le séisme du 14 août 2021 dans le pays, l’agent intérimaire de Beaumont a passé en revue les conditions macabres de la population de sa commune sur les ondes de Magik9 le dimanche 21 novembre 2021. « La situation a empiré », s'est désolé Jacquet Kersaint. La population de cette commune, qui vit essentiellement de l’agriculture, s’est battue pour se remettre sur pied en revitalisant ses jardins ravagés par la tempête Grace qui a suivi le tremblement de terre. « Malheureusement, le peu (igname, banane, haricot noir) qu’elle a tiré de la terre, n’a pas été vendu sur le marché à cause de la rareté de carburants. Les véhicules n’ont pas pu circuler » a-t-il relaté. « Les denrées alimentaires ont été gaspillées », a ajouté le maire Kersaint, qui a évoqué également la guerre entre des groupes armés de la capitale comme l’autre cause de ces pertes.  

L’État aux abonnés absents

Depuis le tremblement de terre, Jacquet Kersaint dit n’avoir reçu aucune assistance étatique. Par contre, il souligne l’accompagnement de certaines ONG. « CORE nous a aidé dans le déblaiement des maisons et des écoles. PAGAY intervient, de son côté, dans l’assainissement. Nous attendons l’accomplissement de la promesse du Programme alimentaire mondial (PAM) qui s'est engagé à soutenir 1 200 ménages » a-t-il fait savoir.

Dans le grand Sud, le Premier ministre Ariel Henry avait annoncé la réouverture des classes pour le 4 octobre. Selon l’agent intérimaire, grâce aux efforts conjugués  des Beaumontois, ils sont parvenus à déblayer les écoles qui ont été détruites par le séisme, même si « jusqu’à présent la majorité d’entre elles n’ont pas reçu de tente pour fonctionner. Le lycée national de Beaumont à lui seul accueille  3 autres écoles de la commune. Le collège Saint-François, le plus grand collège qui dessert la communauté, garde encore ses portes fermées. Les élèves n’ont pas encore repris le chemin de l’école », a souligné M. Kersaint.

Du fait de la misère qui secoue les ménages à Beaumont, Jacquet Kersaint redoute des tensions irrépressibles au sein de la population de sa commune. « Les gens sont obligés d’attacher leur animal au fond de leur maison par crainte de les perdre », a-t-il rapporté. « Qui pis est, a poursuivi le maire, il n’y a aucune présence policière dans la contrée. Une situation qui persiste depuis trois ans. Les policiers ont quitté Beaumont depuis une mobilisation provoquée par la mort d’un individu abattu par un agent de police », a expliqué M. Kersaint.  



Réagir à cet article