Faute de carburant, l’eau de la DINEPA risque de manquer dans plusieurs communes du pays 

« Nous avons de grandes difficultés – et je pèse mes mots -- à alimenter nos réservoirs, et en conséquence à approvisionner les populations qui sont concernées en eau potable », a déclaré Guito Édouard, directeur général de la Direction nationale de l’eau potable et de l’assainissement (DINEPA) à Panel Magik le dimanche 7 novembre 2021. 

Publié le 2021-11-08 | lenouvelliste.com

La pénurie de carburant à laquelle fait face le pays depuis plusieurs semaines continue d’avoir des répercussions de plus en plus graves sur la population. Après les cris d’alarme lancés par les centres hospitaliers, la réduction des heures de fonctionnement des entreprises privées, dont banques commerciales, c’est le tour d’une institution de service public, la DINEPA, de mettre en garde contre un possible dysfonctionnement. 

« Nous avons besoin de près de 18 000 gallons de diesel pour faire fonctionner nos installations dans la zone métropolitaine pendant 10 jours ou deux semaines », a indiqué Guito Édouard. Or, depuis quelques jours, en dépit de la diligence et même des contacts avec les autorités nationales, l’institution n’a pas pu faire le plein de carburant. 

Pourtant, précise M. Edouard, l’argent n’est pas le problème. Grâce à la contribution de certains bailleurs tels que la Banque  interaméricaine de développement (BID), ou l’UNICEF, le fonds pour l’achat d’essence est disponible. Cependant aucun fournisseur de produits pétroliers ne peut alimenter la DINEPA. 

La DINEPA dispose de près de vingt stations de pompage dans la zone métropolitaine. Le fonctionnement de ces dernières dépend de groupes électrogènes. Sans carburant pour actionner les pompes, les populations des communes de Delmas, de Tabarre et de Cité Soleil risquent de ne plus être desservies en eau potable. « Le service risque d’être paralysé pour ces trois zones si l'on ne trouve pas les moyens d’acheter du carburant pour faire actionner les pompes », a averti le responsable de la DINEPA, qui espère qu’une solution sera trouvée cette semaine.  

Un tableau qui n’est pas différent pour d’autres régions du pays, telle que Ouanaminthe, dans le Nord-Est, qui fonctionne à 100% grâce à l’énergie produite par des groupes électrogènes. Même si cette ville est située à la frontière de la République dominicaine, s’approvionner en terre voisine ne semble même pas être une option, sans oublier les différents obstacles, notamment le coût du carburant qui y est nettement plus élevé.  

Depuis près d’un mois, le problème d’approvisionnement en carburant s’est aggravé. En dépit des promesses des plus hautes autorités, les terminaux restent la chasse gardée de differents groupes armés. Les transporteurs de produits pétroliers ne peuvent même plus s’y aventurer. En cette première semaine du mois de novembre, plusieurs chauffeurs ont d'ailleurs été kidnappés et une dizaine de camions-citernes détournés par des gangs à Martissant.  



Réagir à cet article