Carburant : difficile normalisation, transporteurs kidnappés à Martissant, Varreux non opérationnel 

Publié le 2021-11-02 | lenouvelliste.com

Les gangs armés de Martissant ont kidnappé, le lundi 1er novembre, quatre chauffeurs qui transportaient du carburant pour le compte du ministère de l’Économie et des Finances, ont confié au Nouvelliste des opérateurs pétroliers. Les quatre camions-citernes ont été immobilisés à Martissant 7 par les kidnappeurs. Le terminal pétrolier de Varreux est toujours dysfonctionnel…

Alors que des gangs armés de Cité Soleil ont rendu inaccessible le terminal pétrolier de Varreux depuis plus d’une semaine, les gangs armés de Martissant ont kidnappé, ce lundi matin, quatre transporteurs de produits pétroliers en laissant sur place leurs camions-citernes.

« Ils ont kidnappé les chauffeurs à Martissant malgré la garantie de sécurité du gouvernement », s’insurge le responsable d’une association de distribution de produits pétroliers pour qui le plus important reste la libération des transporteurs. « Deux des camions transportaient du carburant pour le ministère de l’Économie et des Finances pour l’alimentation d'industries », a précisé ce responsable.

Selon ledit responsble, avant de reprendre les opérations de transport des produits pétroliers sur la route nationale numéro 2, les associations de distribution de carburant avaient clairement fait savoir aux autorités que des attaques contre les camions-citernes entraîneront des répercussions pendant longtemps sur le secteur alors que Varreux est dysfonctionnel. « Les mesures adéquates n’ont pas été prises et voilà ce qui s’est passé ce lundi matin », a-t-il tancé.

Les quatre camions-citernes sont actuellement immobilisés à Martissant tout près de la station d'essence Nationale et sécurisés par des véhicules blindés de la police. « Notre priorité, c’est la libération des chauffeurs », a indiqué notre source, soulignant que pour le moment, les autres chauffeurs ne se bousculent pas pour aller prendre les trois camions citernes à Martissant malgré la présence de policiers sur les lieux.

« Actuellement, il y a de la gazoline et du diesel au terminal pétrolier de Thor, à Carrefour. Mais après ce qui s’est passé ce lundi à Martissant, il est à craindre que la crise née de la pénurie de carburant va devenir plus sévère. Le carburant sera disponible, mais les transporteurs ne voudront pas aller le chercher… », s'est alarmé cet opérateur des produits pétroliers.

« Les camions-citernes ont commencé la livraison aux stations-services. Merci aux autorités compétentes (PNH/ministère de la Défense) de nous assister pour nous permettre une opération de vente des produits reçus dans l’ordre, la discipline et la sécurité », avait tweeté l’Association nationale des distributeurs de produits pétroliers (ANADIPP) moins de vingt-quatre heures avant l'enlèvement à Martissant.

Il faut souligner que pour le moment seul le terminal de Thor à Carrefour est opérationnel. Mais les camions-citernes, pour se rendre à Port-au-Prince, doivent passer par Martissant, une zone contrôlée par des gangs armés.

Depuis plus d’une semaine, le plus important terminal du pays, Varreux, situé à Cité Soleil, est dysfonctionnel. Les groupes armés de cette zone empêchent la circulation des camions-citernes. Le lundi 1er novembre, le terminal est toujours dans l’impossibilité de livrer le carburant.

Dans une adresse à la nation vendredi dernier, le Premier ministre indiquait que la police nationale avait créé un couloir de sécurité pour permettre aux camions-citernes de s'approvisionner en toute sécurité dans les différents terminaux pétroliers. Selon Ariel Henry, le gouvernement a mis à la disposition des opérateurs dans le secteur pétrolier des policiers pour les accompagner.

« Je veux que tout le monde sache qu’il y a du carburant au pays. Le gouvernement a fait beaucoup d’efforts pour s’assurer que les réservoirs aient assez de produits pétroliers », avait rassuré le Premier ministre, soulignant que des bateaux de carburant sont déjà en attente et que d’autres commandes ont été placées.



Réagir à cet article