Lanmò san jou menace d’exécuter les 16 Américains et le Canadien

Publié le 2021-10-21 | lenouvelliste.com

Wilson Joseph alias Lanmò san jou, meneur du gang 400 Mawozo, a menacé mercredi de tuer les 16 Américains et le Canadien kidnappés samedi dernier s’il n’obtient pas ce qu’il exige. «  Si je n’ai pas ce dont j’ai besoin, je préférerais les tuer », a menacé le redoutable chef de gang qui s’est présenté pour la première fois sans sa cagoule. « J’ai laissé une arme braquée sur la tête de chacun d’eux », a affirmé Wilson Joseph alias « Lanmò San jou », lors des funérailles de cinq membres de son gang abattus par la police au moment où ils s’attaquaient à l’entreprise de l’ex-président de la Chambre des députés, Cholzer Chancy.

Le chef de gang a menacé le Premier ministre Ariel Henry, le désormais ex-chef de la PNH, Léon Charles, l’ex-député Cholzer Chancy. « J’ai versé des larmes. Je vais vous faire verser des larmes de sang », a dit le chef de gang en guise de menace.Dans le même souffle il s'est dit prêt à abattre les 16 Américains et le Canadien kidnappés à Croix-des-Bouquets, samedi dernier. 

Les autorités américaines qui ont dépêché une équipe du FBI pour aider à la libération de ces personnes observent la situation avec attention. Le secrétaire d’Etat Américain, Antony Blinken, interrogé par des journalistes à Quito, en Équateur, a qualifié d’insoutenable le fait que des gangs contrôlent des parties de Port-au-Prince.

Les gouvernement des États-Unis se focalise sans relâche sur le kidnapping de ces 17 personnes dont 16 ressortissants américains et est communication constante avec la PNH et l’église des missionnaires, a confié Antony Blinken à des journalistes à Quito, en Équateur pendant une rencontre avec le chancelier de ce pays. «  Malheureusement, c’est aussi un indicatif d’un problème plus large et c’est la situation de la sécurité qui est tout simplement insoutenable », a dit Antony Blinken, en référence à des gangs qui contrôlent des parties de Port-au-Prince.     



Réagir à cet article