« Les produits pétroliers n’arrivent pas dans les stations d'essence », se plaint David Turnier

Pénurie des produits pétroliers en Haïti. Le pays est proche d’une panne sèche, à en croire David Turnier, président de l’Association nationale des distributeurs des produits pétroliers (ANADIPP). Il a révélé sur les ondes de Magik9 ce mercredi 20 octobre que depuis une semaine il n’y a pas de produits pétroliers dans les terminaux  et que les stations d'essence n’en reçoivent pas.

Publié le 2021-10-20 | lenouvelliste.com

Les produits pétroliers se font de plus en plus rares en Haïti. « Depuis la semaine dernière,  il n’y a pas de carburant au niveau des terminaux  et les stations d'essence ne reçoivent pas de livraison. La majorité des stations n’ont pas de produits pétroliers  en attendant que les terminaux reprennent du service », a expliqué David Turnier, le  président de l’Association nationale des distributeurs des produits pétroliers (ANADIPP).

En général toutes les stations d'essence paient d'avance 18 000 gallons chez les fournisseurs de produits pétroliers. Ces produits sont livrés difficilement ces derniers jours,  a fait savoir M. Turnier, qui s'est pris en exemple. « Dans mon cas, j’ai une station dans la capitale, qui a reçu un premier camion de gazoline le 14 octobre. La toute première livraison pour ce mois. 9 000 gallons de gazoline pour le mois d'octobre alors que cette station reçoit  d’habitude quatre camions par semaine. Donc le problème est grave. C’est un problème de disponibilité avant même de parler de l’insécurité », a-t-il expliqué.

«  Lundi un bateau transportant 30 000 barils de diesel et 17 000 barils de gazoline est arrivé dans le pays. Cette quantité représente deux à trois jours de consommation  pour le pays. Le vrai problème réside en la disponibilité du produit dans le pays : la commande doit être faite à l’heure », a révélé M. Turnier.

 Le propriétaire de station- service précise que  « lorsque le produit est disponible, le problème de l’insécurité  et celui de camions pour transporter les produits se posent.  Et lorsque le problème de l’insécurité est résolu, survient un problème de disponibilité du carburant. Donc on tourne en rond. Mais la réalité est que les produits pétroliers n’arrivent pas dans les stations. Une station - service est fermée en moyenne 20 jours sur 30 pour manque de produits », a-t-il souligné.

 Le président de l’ANADIPP  David Turnier se positionne en faveur d’un ajustement des prix des produits pétroliers  à la pompe

« Haïti, après le Venezuela, est le pays en Amérique où le carburant coûte beaucoup moins cher. La situation est extrêmement  difficile. Il y a des décisions à prendre », croit David Turnier, qui rappelle que la subvention des prix des produits pétroliers à la pompe coûte chère à l’Etat haïtien  «  Je ne savais pas qu’Haïti était un pays aussi riche. Je pense qu’Haïti est un pays riche s’il peut subventionner un gallon de diesel à hauteur de 114 gourdes, a-t-il dit, soulignant que ce sont les personnes qui sont dans l’industrie, qui possèdent des supermarchés, qui sont dans la production que l’Etat subventionne. »

Le syndicaliste Duclos Benissoit, qui est intervenu lui aussi sur Magik9, a fait résonner un autre son de cloche. Il encourage les autorités étatiques à faire une subvention ciblée des produits afin d’aider les petites bourses. « L’Etat a déjà identifié que le gros lot de subvention est bénéfique à des personnes qui font du business. Alors nous proposons à l’Etat d’autoriser la Direction générale des impôts, pendant un mois, à inventorier ces business qui en sont bénéficiaires, qui utilisent du diesel afin de les taxer en fonction de leur consommation. De là, il fera un ajustement équilibré. Une subvention ciblée qui profitera à la population », a proposé M. Benissoit.



Réagir à cet article