L’ODD 2 au centre des débats marquant la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, un point de presse a été tenue conjointement entre le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). C’était l’occasion pour le ministre de l’Agriculture et le représentant de la FAO en Haïti de renouveler leur engagement à travailler à l’atteinte de l’objectif de développement durable #2 visant à éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable dans le pays.  

Publié le 2021-10-15 | lenouvelliste.com

Pour la deuxième année consécutive, il n’y a pas trop de bruit autour de la Journée mondiale de l’alimentation en Haïti. Pour cette année, un point de presse a été donnée aux locaux de la FAO à Pétion-Ville afin de marquer cette journée. Les intervenants ont brossé la situation du pays du point de vue alimentaire. La situation, disent-ils, invite à l’action. À quelques années de l’échéancier des ODD, le pays s’éloigne de plus en plus des objectifs liés à l’élimination de la faim et assurer la sécurité alimentaire de la population.

Citant les données de la dernière évaluation du cadre intégré de la classification de la sécurité al0imentaire en Haïti, les deux autorités ont rappelé que plus de quatre millions d’Haïtiens se trouvent en phase de crise et d’urgence alimentaire. Pour la période de septembre 2021 à février 2022, suivant les projections de la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA), 14% de la population analysée, soit 1,3 million de la population, est classée en phase d’urgence alimentaire et 30%, soit trois millions de nos compatriotes sont classés dans la phase de crise, ce qui sous-entend que 44% de la population requiert une assistance alimentaire en urgence.

Dans ce cas, la représentation de la FAO en Haïti a assuré le représentant de cette institution, José Luis Fernandez, s’est inscrite depuis plusieurs années dans une démarche d’appuyer le gouvernement haïtien à travers une assistance technique visant à renforcer la résilience des systèmes de production agricole ainsi que celle des agriculteurs familiaux face aux impacts négatifs du changement climatique.

Conscient de la situation, le ministre de l’Agriculture, Charlot Bredy se dit déterminé à doter le ministère des moyens pour sortir le pays de l’ornière de la malnutrition et de la pauvreté continue, un défi, croit-il, auquel chaque dirigeant devrait s’atteler. En dépit des faibles ressources de l’État, le ministère de l’Agriculture, avec l’appui financier de ses partenaires, poursuit-il, entend adresser de manière responsable les problèmes de l’insécurité alimentaire, à travers une amélioration des conditions de production agricole avec un accent particulier sur des zones à forte potentialité agricole.

Aussi, pour y parvenir, le ministre parle de l’intensification de l’élevage, une grande valorisation des plans d’eau et un renforcement des initiatives de transformation agricole, lesquels sont susceptibles de contribuer durablement à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle du pays, notamment celle des couches les plus vulnérables.

Le thème retenu pour la célébration de cette année est « Agir pour l’avenir, améliorer la production, la nutrition, l’environnement et les conditions de vie ». Ainsi, le représentant onusien croit qu’il est plus urgent de supporter le pays caribéen dans ses initiatives à garantir la sécurité de sa population. M. Fernandez promet que l’institution onusienne va continuer à travailler avec les autorités en vue d'interventions ciblées de recherche-développement destinées à développer des technologies dans le secteur agricole, à apporter des innovations dans l’agriculture numérique et à renforcer les capacités des femmes rurales qui peuvent grandement contribuer à la production agricole, la sécurité alimentaire, la nutrition et à la gestion des terres et des ressources naturelles.



Réagir à cet article