PNUD/ BANJ/PUSH

Un salon de l’emploi pour propulser les jeunes sur le marché du travail

À l’initiative du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), un salon de l’emploi a été tenu, le samedi 9 octobre 2021, à l’hôtel Montana dans le cadre de son projet connu sous l’appellation « Services intégrés pour le développement des opportunités et création d’emplois », piloté par BANJ et PUSH. Ce salon constitue une opportunité offerte à une centaine de jeunes à la recherche d’un emploi de rencontrer des entreprises embaucheuses.   

Publié le 2021-10-12 | lenouvelliste.com

Kerline Dorléan, étudiante en droit, désire décrocher un poste d’assistante juridique au sein d’une entreprise. Elle fait aussi des études en journalisme et veut travailler comme relationniste. Au salon de l’emploi, Kerline Dorléan a rencontré le staff de management et des ressources humaines de plusieurs entreprises et en a profité pour soumettre son curriculum vitae. « Nous espérons avoir un emploi ou du moins un stage », a-t-elle affirmé, envisageant de décrocher un emploi avec optimisme après ce salon. Les jeunes paraissaient très enthousiastes à l’idée de rencontrer des entreprises qui créent des emplois en Haïti dans l’espoir d’en décrocher un.

Parmi les entreprises ayant participé à ce salon de l’emploi figure la banque centrale. Le gouverneur, Jean-Baden Dubois, et des hauts cadres de la Banque de la République d’Haïti (BRH) ont répondu présent à cette activité pour permettre à la banque d'entrer en contact direct avec les jeunes. « C’est une initiative que nous encourageons. La BRH appuie toute initiative qui promeut l’employabilité ou l’entrepreneuriat. Nous pratiquons une politique d’embauche depuis tantôt deux ans. Nous recrutons uniquement sur concours à la Banque de la République d’Haïti (BRH) », a déclaré Jean Baden Dubois, soulignant qu’il faut mettre l’accent sur la création d’emplois pour pouvoir mettre le pays sur la voie de la croissance et du développement.

Invitée à ce salon, la Sogebank n’a pas raté l’occasion d’y participer avec une équipe des ressources humaines et de l’emploi, qui acceptent d’avoir des entretiens avec les jeunes afin de détecter ceux qui ont des potentiel. « Nous sommes là aujourd’hui justement pour voir ce qu'il y a, en termes de potentiels, chez les jeunes. Nous voulons découvrir ceux qui ont la qualification et les compétences nécessaires pour intégrer le Groupe Sogebank. Ils étaient nombreux les jeunes qui faisaient la queue pour s’entretenir avec les membres de l’équipe de la Sogebank, une des sept filiales du Groupe Sogebank.

Ce salon avait regroupé 100 jeunes et une trentaine d’entreprises. Bien avant de participer à ce salon, les jeunes ont suivi une formation en employabilité avec des cadres de la Société haïtienne de management des ressources humaines (SHAMARH) autour du thème « Intégrer le marché de l’emploi avec impact ». Au cours de cette formation, ils ont appris des techniques d’entrevue, des notions sur la gestion des espaces de travail et comment trouver un emploi.  « Il y a de plus en plus de jeunes qui ont bouclé leurs études mais qui n’arrivent pas à intégrer le marché de l’emploi. C’est un constat criant. Ces jeunes ont bel et bien étudié mais ils ne sont pas vraiment préparés pour faire leur entrée sur le marché du travail parce qu’il y a une déconnexion entre eux et le monde de l’emploi. C’est la raison pour laquelle nous offrons une formation à une centaine de jeunes et nous leur apprenons aussi comment rejoindre des réseaux de professionnels », a indiqué Marc Alain Boucicault, fondateur et président directeur général de BANJ.

Le patron de BANJ a fait savoir qu’à la suite de ce salon, il espère au moins qu’il y aura une cinquantaine de jeunes à intégrer le marché de l’emploi. L’équipe de BANJ se donne pour devoir de faire le suivi avec les entreprises afin de savoir quels sont les C.V intéressants. Il y a une plateforme appelée boussole.ht qui constitue un élément d’orientation. Les jeunes disposent d’un compte sur cette plateforme pour partager des informations pertinentes.  « Les gens veulent travailler. Il faut juste leur donner la chance d’évoluer dans un pays calme », a soutenu Marc Alain Boucicault, soulignant que son entreprise BANJ  s’intéresse beaucoup aux jeunes et à la technologie. 

  



Réagir à cet article