Affaire Moïse : Martine Moïse porte plainte contre Ariel Henry et autres

Publié le 2021-10-08 | lenouvelliste.com

L’ex-première dame de la République, Martine Moïse, s’est constituée partie civile dans l’instruction sur l’assassinat de son feu époux Jovenel Moïse. L’intéressée l’a fait savoir mercredi au cabinet d’instruction après avoir répondu aux questions du juge Garry Orélien. Ce vendredi, le journal a appris que madame Moïse a déposé une plainte au cabinet d’instruction contre l’actuel chef de gouvernement Ariel Henry et des inculpés dans l’assassinat du président Jovenel Moïse. L’information a été communiquée au journal par Me Emmanuel Jeanty, un des avocats de la plaignante. 

« Martine Moïse et ses deux enfants Jomarlie Moïse et Jovenel Moïse Junior ont porté plainte formellement contre Ariel Henry, Paul Denis, James Solages, Joseph Félix Badio, Dimitry Hérard, Wendell Coq Thélot, Jean Laguel Civil et tous les autres individus épinglés dans le rapport de la DCPJ. Les plaignants ont porté plainte contre Ariel Henry parce que des rapports et la Digicel révèlent qu’il a eu des conversations téléphoniques avec Joseph Félix Badio le soir du meurtre », a rappelé Me Emmanuel Jeanty, soulignant que cette partie ne figure toutefois pas dans la requête. 

Me Emmanuel Jeanty espère qu’à travers cette démarche justice sera rendue au président Moïse. « Nous savons pertinemment comment se porte le système judiciaire de notre pays. Je ne me fais aucune illusion. Toutefois rien ne nous empêche d’espérer et de nous battre pour que la justice triomphe dans cette affaire. Nous allons utiliser tous les outils que nous confèrent la loi pour obtenir gain de cause», a-t-il déclaré.

Mercredi, Martine Moïse s’est rendue au cabinet du juge Garry Orélien pour être auditionnée dans le cadre de l’instruction sur l’assassinat du président Jovenel Moïse, au palais de justice. « Aujourd’hui, 6 octobre, j’étais au cabinet d’instruction pour répondre aux questions du juge afin de voir comment l’enquête sur la mort du président Jovenel Moïse peut avancer. J’ai répondu à toutes les questions- un peu moins de 80 questions pendant trois à quatre heures d'horloge », avait confié l’ex-première dame à des journalistes.

Martine Moïse avait également appelé à la collaboration de la population afin d’élucider l’enquête. « J’encourage tous ceux qui ont des questions à répondre, tous ceux qui ont des informations… à participer à l’enquête svp pour voir comment avancer et comment trouver les auteurs de l’acte. Si quelqu’un a une information concernant une personne qui fait l’objet d’un mandat d’amener, d’un avis de recherche, partagez-la », avait appelé Martine Moïse.



Réagir à cet article